> Actualité > Elections : Discussions entre l’Exécutif et le Législatif

Haiti-Gouvernement-Parlement

Elections : Discussions entre l’Exécutif et le Législatif

L’agression contre Moise Jean-Charles à l’Arcahaie préoccupe le Sénat

Publié le mardi 3 juin 2014

Des discussions sont prévues ce mardi entre des sénateurs et le chef de l’Etat autour de la composition du Conseil Electoral Provisoire (CEP), du pré-calendrier électoral publié par le « CEP des 7 » et de la fin du mandat de certains magistrats à la Cour de Cassation, annonce le président du Sénat, Simon Dieuseul Desras.

Initiées vendredi dernier entre le chef de l’Etat Michel Martelly, le président du Sénat et quelques parlementaires, ces discussions réuniront ce mardi les responsables de divers blocs au parlement.

M. Martelly a exprimé la volonté de tout faire en vue de faciliter la tenue des élections à la fin de l’année et de contribuer à la création d’un climat de confiance pour toutes les parties, a déclaré M. Desras. Il en a profité pour déplorer une fois de plus le fait que le CEP formé ne soit pas en mesure de créer cette confiance.

Au sujet de l’agression subie vendredi dernier à l’Arcahaie par le sénateur Moise Jean-Charles, le sénateur Desras a fait savoir qu’une conférence des présidents au Grand corps devait statuer lundi sur l’attitude à adopter. Le policier incriminé doit être renvoyé de l’institution, déclare M. Desras qui affirme croire que le chef de la police, Godson Orélus, ne mettra pas en jeu son poste dans cette affaire.

Interrogé sur l’implication éventuelle du chef de l’Etat dans ce dossier, le président du Sénat a estimé qu’à son avis il n’y aurait aucune responsabilité vu qu’il a été mis au courant de l’incident en sa présence par le conseiller présidentiel Grégory Mayard Paul. Il dénonce à ce sujet le message biaisé transmis à ce dernier, à savoir que le sénateur Moise Jean-Charles et ses partisans du Front Patriotique pour le Respect de la Constitution (sigle créole FOPARK) avaient saccagé le siège du Tribunal de Paix de l’Arcahaie ainsi que la résidence du juge de Paix.

Intervenant lundi sur la question, le sénateur Moise Jean Charles a dénoncé le comportement du juge de Paix et de son greffier qui, selon lui, ont pris la fuite sitôt qu’il s’est identifié.

L’auteur de l’agression a été placé en isolement, a fait savoir lundi le porte-parole adjoint de la police, l’inspecteur Garry Desrosiers. Le FOPARK croit l’avoir identifié et le présente comme un agent répondant au nom de Frantzy Julien. Une source policière dément qu’il s’agirait de l’identité réelle du policier en question. [jmd/RK]

Simon Dieuseul Desras autour des discussions entre l’Exécutif et le Législatif :

Réactions de Simon Dieuseul Desras à l’agression contre Moise Jean-Charles à l’Arcahaie :