> Actualité > Protestations de Radio Kiskeya contre des actes de corruption au Palais (...)

Haïti-Presse

Protestations de Radio Kiskeya contre des actes de corruption au Palais National à l’endroit d’un groupe de journalistes

Publié le lundi 26 janvier 2015

Port-au-Prince, le jeudi 22 janvier 2015

M. Lucien JURA
Porte-parole de la Présidence

Monsieur le porte-parole,

Par la présente, Radio Télé KISKEYA tient à protester auprès du président de la République et auprès de vous en particulier, contre l’acte ignoble de corruption dont, de concert, vous vous êtes rendus responsables le 23 décembre dernier quand, à l’issue d’une réception à laquelle vous avez convié des journalistes accrédités au Palais National, vous leur avez remis des enveloppes contenant respectivement cinquante mille gourdes (50.000.00 Gdes) et quarante mille gourdes (40.000.00 Gdes).
Selon les informations recueillies auprès des concernés, le président de la République, Michel Joseph Martelly, leur a personnellement offert « un petit cadeau pour la modicité duquel ils ne devraient pas se formaliser. » Il les a par la suite référés à son porte-parole, Lucien JURA, et à Esther FATAL, responsable du Bureau de Communication de la Présidence, qui ont personnellement remis à chacun d’eux l’ignoble cachet sous les feux des caméras du Palais.

L’affaire est d’autant plus scandaleuse et choquante que vous, M. JURA, journaliste de carrière, avez directement pris part à cet acte d’avilissement de la profession à laquelle vous devez d’être aujourd’hui à une aussi haute fonction.

Pour la gouverne du chef de l’Etat, de la vôtre et de celle du public, sachez, Monsieur le porte-parole, que les trois journalistes de KISKEYA qui ont commis l’impair de souscrire à cette ignominie, ont été sévèrement sanctionnés après que leur acte fut analysé et condamné non seulement par la Direction Générale de la station mais aussi par le reste du personnel. Il leur a même été conseillé de restituer au Palais National ces « malheureux deniers » qui ne leur appartiennent pas en propre, mais qui sont ceux de l’Etat et donc du public. Une telle recommandation est d’autant plus indiquée que, depuis sa fondation, en 1994, Radio Kiskeya a survécu à toute tentative de corruption sous différents régimes.

Ce « cadeau empoisonné » constitue un acte flagrant de corruption perpétré au détriment du Trésor Public. Il est un exemple patent du gaspillage systématique et désinvolte des deniers publics par les autorités, les fonds mis à leur disposition ne devant pas servir à octroyer des largesses à des fins bassement politiciennes et de manipulation.

Pour leur part, les journalistes qui en ont été les bénéficiaires ont violé une règle cardinale d’éthique et de déontologie professionnelles consistant en la préservation absolue de l’intégrité, de l’indépendance et de la crédibilité du journaliste.

Remettre des « enveloppes chargées » à des journalistes disposés à la file indienne devant des caméras constitue un acte que même les pires dictatures qu’a connues le pays n’ont pas osé perpétrer. Cela reflète le niveau de dégradation générale des valeurs morales tant au niveau de l’Etat que dans l’ensemble de la société auquel le secteur de la presse n’a malheureusement pas échappé.

Radio KISKEYA condamne énergiquement de telles pratiques et encourage l’ensemble de la corporation à les combattre avec la plus vigoureuse détermination. En aucune manière, les problèmes réels de traitement et de conditions de travail dans les médias, dont Radio KISKEYA est consciente, ne peuvent les justifier. Un gouvernement qui prétend vouloir instaurer l’Etat de droit devrait plutôt veiller à l’existence de conditions juridiques, administratives et fiscales favorables à l’essor de médias puissants et techniquement performants, en mesure de répondre tant aux exigences du public qu’à celles de leur personnel.

L’acte déshonorant du 23 décembre s’inscrivant dans le cadre ambiant de la corruption institutionnalisée, Radio KISKEYA condamne la corruption en général et appelle à une gestion rigoureuse et judicieuse des ressources publiques.

Vous présentant tout de même ses salutations et espérant que vous vous ressaisirez, Radio KISKEYA réitère, Monsieur le porte-parole, son engagement en faveur d’une presse démocratique, libre, indépendante, crédible, responsable et prestigieuse !

Marvel DANDIN
Directeur Général
Trésorier du Conseil d’Administration

Liliane PIERRE-PAUL
Directrice de Programmation
Vice-Présidente du Conseil d’Administration

Stéphane PIERRE-PAUL
Directeur de l’Information

Jounal 4è, 26-01-15(Présentatrice : Liliane Pierre-Paul) by Radio Kiskeya on Mixcloud