> Actualité > Dernières du 13 août 2004

Dernières du 13 août 2004

Publié le vendredi 13 août 2004

- Dans le but de satisfaire les revendications des policiers et de désamorcer en même temps la menace de grève lancée par des agents de la PNH, le gouvernement haïtien a accordé des augmentations de salaire de 60 % aux policiers les moins gradés, de 50 % aux grades intermédiaires, et de 33 % aux cadres. Le Ministre de la Justice, Me Bernard Gousse, a annoncé des décisions dans les jours qui viennent en ce qui concerne notamment le régime des promotions au sein de la PNH et l’aménagement de cafétérias dans les commissariats.

- Signature ce jeudi, entre le gouvernement haïtien et le gouvernement américain d’un accord portant sur une aide de 5 millions 925 mille dollars américains destinée au renforcement des capacités fonctionnelles de la Police Nationale d’Haïti. Le Ministre de la Justice, Me Bernard Gousse, qui a paraphé l’accord au nom du gouvernement haïtien, félicite les efforts de l’Administration américaine dans ce domaine. Dans son allocution de circonstance, l’ambassadeur américain, a affirmé qu’il ne saurait être question de démocratie sans un système de sécurité fort.

- En marge de la cérémonie marquant la signature de l’accord entre le gouvernement haïtien et le gouvernement américain, l’ambassadeur américain en Haïti a annoncé la poursuite de la lutte contre le trafic de drogue en Haïti. James Foley a fait savoir que toute personne impliquée dans le trafic des stupéfiants sera poursuivie à quelque secteur politique qu’il appartienne.

L’ambassadeur américain en Haïti a fait part de l’inquiétude de la communauté internationale face au phénomène de kidnapping qui se développe en Haïti. James Foley a annoncé que les Etats Unis sont en train d’envisager des moyens d’aider la Police Nationale d’Haïti à combattre cette nouvelle forme d’insécurité.

Le diplomate américain, James Foley, invite les militaires haïtiens démobilisés à tenir leur promesse de déposer les armes aussitôt après le départ de Jean-Bertrand Aristide. James Foley pense qu’il est nécessaire que les militaires démobilisés respectent leurs engagements dans le contexte actuel où Haïti doit gérer toute sorte de conflit.

Le Ministre de la Justice, Me Bernard Gousse, annonce la formation d’une commission chargée d’étudier le dossier du fond de pension des militaires haïtiens démobilisés. Me Bernard Gousse affirme que le gouvernement reconnaît que la non liquidation des pensions des militaires était une injustice du gouvernement Lavalas. Le gouvernement de transition est prêt à restituer leurs pensions aux militaires mais, pour ce qu’il s’agit du rétablissement de l’armée en Haïti, ce sera à un gouvernement élu d’en décider, déclare le Ministre de la Justice.

- Signature d’un accord de 1 million 900 mille dollars canadiens entre le gouvernement canadien, le gouvernement haïtien et plusieurs ONG. D’après l’ambassadeur canadien, Kenneth Murray Cook, cette aide financière contribuera à améliorer les conditions de vie de la population haïtienne dans les domaines de l’agriculture, du micro commerce, de l’éducation et de la santé.

D’après les précisions du chef de la coopération canadienne en Haïti, Yves Pétillon, qui a par ailleurs annoncé son départ d’Haïti au terme de sa mission, ce montant fait partie d’une aide de 180 millions de dollars canadiens dont 33 millions sont destinés aux militaires canadiens déployés en Haïti. Cette aide est octroyée à Haïti dans le cadre du CCI.

- Les douaniers de Port-au-Prince satisfaits de la nomination du nouveau Directeur Général Adjoint, Francel St Hillien. Cette nomination constituait l’une des conditions présentées par les douaniers pour mettre fin à leur mouvement de protestation.
- Des sociétaires victimes de la crise des coopératives ont confiné Henriot Pétiote dans ses bureaux au local du CNC, ce jeudi 12 août 2004. Ils ont exigé la destitution du directeur qui aurait participé au détournement de l’argent des sociétaires.
Le local du conseil national des coopératives CNC a été investi par des membres du CONASOVIC, (coordination nationale des sociétaires victimes) pour réclamer le départ de Henriot Pétiote, directeur du CNC, en poste depuis la présidence de Jean Bertrand Aristide. Les protestataires ont verrouillé la porte du CNC, érigé des barricades de pneus enflammés et lancé des pierres en direction du CNC brisant ainsi les vitres de la voiture de M. Pétiote.
Les sociétaires qui réclament l’argent perdu lors de la crise des coopératives en 2002 (Plusieurs centaines de millions de gourdes) ne « veulent plus tolérer » la présence de Pétiote à la tête du CNC.
Les policiers dépêchés sur place ne se sont pas opposés aux manifestants qui circulaient en toute quiétude avec de la gazoline pour ériger d’autres barricades.
En plus de la démission ou du remplacement de Henriot Pétiote, les sociétaires victimes exigent le recouvrement de l’argent perdu lors de la crise des coopératives.

- Dispersion brutale jeudi par la police d’un sit-in des étudiants en médecine de l’Université Lumière devant le siège du MSPP. Ils protestaient contre la récente mesure de fermeture de leur faculté par le MSPP.

Un employé du ministère, le Dr Yvon Jacques, a protesté contre l’intrusion de certains étudiants à son bureau pendant une manifestation de ces derniers devant le siège du ministère le mercredi 11 août. Le Dr Yvon Jacques qui affirme avoir été alors agressé par des étudiants demande aux autorités d’adopter des mesures fermes à leur encontre.

La Ligue des médecins haïtiens sollicite l’intervention des autorités dans le conflit opposant le Ministère de la Santé Publique à certaines Facultés non reconnues par l’Etat haïtien. Le Secrétaire Exécutif de la ligue, le Dr Harrison Ernest, pense qu’il est du devoir de l’Etat d’intervenir dans ce litige.

- Des barricades enflammées jeudi dans la zone de Descahos, à l’entrée sud de la ville des Gonaïves. Selon des habitants de la zone, il s’agirait d’une action menée par des personnes ayant pris part à la lutte contre le régime lavalas et qui se sentiraient frustrés par leur fait qu’ils soient encore au chômage.