> Actualité > Arrestations, confiscation d’armes, de munitions et d’argent à (...)

Arrestations, confiscation d’armes, de munitions et d’argent à Port-au-Prince

Dans le cadre d’une action conjointe de l’Armée dominicaine, de la PNH, de la MINUSTAH et de la police civile de l’ONU à la frontière

Publié le vendredi 5 août 2005

L’opération conjointe Armée dominicaine/Police nationale d’Haïti/MINUSTAH et CIVPOL à la frontière entre les deux pays partageant l’île a abouti vendredi à l’arrestation de plusieurs personnes et à la confiscation d’armes et de munitions.

La porte-parole de la Police Nationale d’Haïti, Mme Gessie Cameau Coicou, a fourni des détails sur ladite opération précisant que l’interception à la frontière du nommé Woodley Ethéart suivie d’une perquisition en sa résidence à Montagne Noire (Pétion Ville) ont permis la découverte chez ce dernier d’un important lot d’armes, de munitions et d’équipements de police, dont des uniformes. Une somme importante en dollars américains, soit près de deux cents mille dollars, de même qu’un compteur électronique de billets, une arme en forme de stylo ont été également découverts chez Ethéart.

Woodley Ethéart qui serait un membre important du comité directeur du groupe musical haïtien « Djakout Mizik », avait été arrêté en 1997 par la police haïtienne sous l’accusation de meurtre sur la personne d’un citoyen.

L’Armée dominicaine et la Police Nationale d’Haïti ont initié cette semaine une série d’actions conjointes à la frontière contre le trafic d’armes, de munitions et de stupéfiants. L’initiative vise également à endiguer la contrebande d’objets divers au détriment des économies des deux pays. Plusieurs personnes ont déjà été arrêtées dans le cadre de cette action conjointe des deux gouvernements.

L’inspectrice générale Gessie Coicou a par ailleurs fait état d’un avis de recherche émis contre l’inspecteur de police James Bourdeau pour implication présumée dans l’enlèvement ou la disparition du citoyen Nathanaël Généus, un employé de la Unibank, une banque privée de la capitale haïtienne.

Jusqu’à sa disparition alors qu’il était à la disposition de la Direction Centrale de Police Judiciaire sur son éventuelle responsabilité dans la disparition de Généus, James Bourdeau était responsable du Sous-commissariat de police de Delmas 62.