> Editoriaux > HALTE LA, SWEET MICKY ! TWA (3) MAY SOU CHENN OU SWEET MICKY (...)

Haïti-Editorial

HALTE LA, SWEET MICKY ! TWA (3) MAY SOU CHENN OU SWEET MICKY !

2 Mars 2017

Publié le mardi 7 mars 2017

Le Carnaval 2017 a officiellement pris fin le mardi 28 février, mais certains des acteurs du grand événement culturel annuel vont continuer à se dissimuler sous les masques pour encore perpétrer des forfaits attentatoires à la moralité publique, aux intérêts économiques du pays et à l’instauration définitive de la démocratie dans le pays.

C’est le cas de l’artiste « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire ».

A la barbe du Comité d’organisation du Carnaval comprenant des gens de renom, au grand dam de la Mairie des Cayes, du nouveau chef de l’Etat et de son épouse, le triste personnage a égrené dimanche, lundi et mardi, comme à son habitude, un chapelet de propos obscènes tirés du vernaculaire, pour fustiger autant qu’il le pouvait tous ceux envers qui il nourrit une profonde aversion, particulièrement les journalistes Liliane Pierre-Paul (Radio Télé Kiskeya) et Jean Monard Métellus (Radio Télévision Caraïbes).
« Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire » n’a rien ménagé en termes de grivoiseries et de gestes indécents pour porter l’arrogance et la méchanceté à leur paroxysme, en présence du chef de l’Etat et de son épouse qui lui ont manifesté ravissement et enchantement par des gestes approbateurs, se joignant ainsi à la foule adulée et aveugle des fans de l’artiste atypique.

Choqués, certains le croient en pleine démence. Il n’en est pourtant rien. Car, quand il s’agit pour le personnage de faire le compte de tout l’argent qu’il a collecté au nom de ses collègues musiciens auprès de l’Etat et du secteur privé, il fait montre de toute la lucidité requise. Pour lui, comme pour certains autres de même acabit, il ne s’agissait point uniquement de carnaval et de défoulement. Il s’agissait surtout de règlement de compte politique et d’affaires, avec la collecte d’espèces sonnantes et trébuchantes, pendant que les masses, rendues inconscientes et abruties par la misère chronique, étaient entièrement livrés à leurs bas instincts.

D’aucuns prétendront qu’au Carnaval la liberté d’expression est entièrement de mise. Certes. Mais, ils n’oseront pas prétendre qu’à l’occasion la liberté d’expression se confond avec le droit de diffamer et de détruire impunément qui que ce soit. Pour « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire », il ne s’agissait point de Carnaval, mais d’une sordide campagne de haine et de destruction contre deux journalistes. Mais aussi, contre toutes nos valeurs fondamentales, contre toutes les règles de respect de la pudeur et de la moralité publique.

Ils prétendront aussi que, selon la tradition, certaines gens sont passées en dérision au Carnaval. Certes, également. Mais, ils devront tout aussi bien ajouter que les personnages décriés au Carnaval sont bien souvent ceux contre qui la population nourrit des griefs bien souvent justifiés.

Ce n’est pas le cas pour Liliane et Jean Monard. Personne ne peut prouver qu’ils se soient livrés à des actes indignes de leur statut de journalistes contre qui que ce soit. Il n’existe aucune preuve établissant que Liliane, contrairement à ce que prétend « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire », se soit enrichie aux dépens des employés de Radio Télé Kiskeya et roule en véhicule de luxe !

Campagne de haine et de destruction !

« Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire » va plus loin que le dénigrement des deux journalistes. Alors qu’il était supposé être au Carnaval dit « de solidarité avec les victimes de l’ouragan Matthew dans le Grand Sud », il a mis en garde des commerçants présents sur une des tribunes jonchant le parcours officiel des festivités, contre le financement de Radio Télé Kiskeya qu’il accuse de sous-payer ses employés.

Quelle affaire ! Il ne s’agissait vraiment pas de Carnaval ! Quelle est la position des associations patronales face à des allégations aussi outrageantes contre une entreprise privée qui, de dur labeur et de sacrifices énormes, touche aujourd’hui à sa 23e année d’existence. Avec ses moyens propres. Une station qui emploie une centaine de pères et mères de famille et qui honore ses obligations vis-à-vis du fisc !

Le triste personnage avait laissé entendre qu’alors qu’il se livrait à certaines indécences à tire de « Sweet Micky » l’Etat n’existait pas. En récidivant aux Cayes face à un Jovenel Moise visiblement envoûté par ses frasques, il nous a clairement signifié et rappelé que l’Etat n’existe point encore ! Et pour cause ! Car, le président Jovenel Moise a raté l’occasion de se démarquer publiquement de son prédécesseur et parrain politique. Il pouvait subtilement s’éclipser à l’approche du char monté par le sombre personnage, sachant à l’avance qu’il n’allait scander que des insanités et des diatribes puantes à l’endroit de professionnels de la presse.

Le Comité d’organisation du Carnaval national, dont certains membres jouissent d’une certaine réputation, et le Maire des Cayes, Gabriel Fortuné, n’ont pipé mot concernant les graves atteintes à la pudeur et à la moralité publique proférées par « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire. »

Le Commissaire du gouvernement des Cayes n’a même pas émis un communiqué concernant les atteintes à la pudeur et à la moralité publique.

Il convient tout aussi bien de noter qu’au nombre des complices directs et indirects de « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire » figurent aussi des sponsors du secteur privé qui ont permis qu’il puisse équiper son char de la honte et répandre sa musique nauséabonde.

Les « forces morales » représentées par les leaders religieux, brillent par leur silence !
Les partis politiques se taisent tout aussi bien face à l’ignominie !

Les organisations de la société civile, dont celles des femmes, l’université (publique et privée) restent globalement muettes face à cette vaste offensive de sape des valeurs fondamentales de moralité publique mettant en danger le présent et l’avenir de la nation.

Le Parlement, où certains prétendent être les super défenseurs de la moralité publique, se tait royalement face aux dérives inacceptables de « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire ».

Une grande partie de la presse, ne comprenant pas encore que l’offensive malhonnête contre 2 confrères les concerne au plus haut point, ont passivement diffusé la méringue carnavalesque pestilentielle et les images de la prestation hideuse de l’artiste-animal. Ces médias ne sont pas ciblés aujourd’hui. Mais, ils pâtiront demain de l’atmosphère que le piètre musicien finira par créer contre la presse libre et critique. Car, et nous en venons à l’aspect essentiel de la question, il s’agit pour « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire » d’empêcher qu’une presse libre et indépendante réclame justice et transparence dans la gestion de la chose publique. Il a certainement des choses à cacher qu’une justice forte et indépendante révélerait à coup sûr.

A ce niveau, il est loin d’être seul. Et cela explique qu’il bénéficie du support d’un très large secteur qui s’oppose résolument aux principes de transparence et de gouvernance rationnelle. Pour un tel secteur, ainsi que pour son représentant attitré du moment « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire », il faut que le pillage des ressources publiques continue, ainsi que l’octroi de contrats de gré à gré, en dehors des règles légales de passation de marché public, sources de juteuses commissions et de pots-de-vin mirobolants. Il faut que les affaires mafieuses de toutes sortes, dont le trafic illicite des stupéfiants, le trafic humain, la contrebande, se poursuivent impunément. Dans ces conditions, pas question d’investigation et de questionnement journalistiques. Il faut réduire à néant toutes les poches de résistance et mettre entièrement la presse sous contrôle. C’est donc le projet du vaste secteur des bandits légaux représentés aujourd’hui par « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire ».

Pour ce faire, tous les coups sont permis y compris les mensonges les plus éhontés. Il prétend par exemple que Liliane Pierre-Paul l’a appelé au téléphone pour solliciter sa clémence. Quelle fantastique invention ! Jamais Liliane ne l’a appelé. Et jamais Liliane ne l’appellera et ne le recevra, comme il l’avait récemment sollicité via des intermédiaires, dont un haut fonctionnaire dont nous tairons le nom. Entre le 17 et le 21 février 2017, des émissaires de l’obscur personnage ont en effet sollicité de Liliane qu’elle accepte de le recevoir pour « des excuses et l’annonce officielle du retrait de sa méringue calomnieuse. » Selon les mêmes intermédiaires, il était même prêt à ne pas participer au Carnaval. Soupçonnant une machiavélique machination, Liliane leur a répondu simplement que jamais elle ne le rencontrerait et que le mal dont il est l’auteur contre sa personne était déjà fait et que rien ne pourrait le réparer.

Le sinistre personnage a également accusé Liliane de faire partie d’un gang spécialisé dans le vol et la spoliation de terrains. Tiendrait-il une telle information de son lieutenant et « fidèle petit ami » Roro Nelson, sur qui pèsent fortement de telles accusations ?
En dépit de toutes ses allégations et menaces, nous ne nous laisserons pas intimider par « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire ». Cependant, comme il dispose encore d’une garde prétorienne et de partisans plus que zélés, et compte tenu de sa haine profonde et de sa volonté manifeste de nous détruire, nous le rendons publiquement responsable de la vie et de la sécurité de Liliane et de Jean Monard, de celles des membres du personnel de notre station et de la sécurité des installations et des biens de celle-ci. Des craintes tout à fait justifiées quand on se souvient de la fusillade jusqu’ici non élucidée contre le siège de la station, le 1er décembre 2015.

Tout ceci étant dit, Radio Télé Kiskeya n’entend point s’engager dans une polémique avec « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire ». Nous ne disposerions certainement pas des moyens nécessaires pour lui administrer les répliques appropriées. Car, comme il est vain de tenter de souiller d’excréments un vidangeur, nous ne disposerons jamais de mots suffisamment ronflants et nauséabonds pour atteindre, fustiger et salir un personnage de la trempe et de l’acabit de « Sweet Micky-Ti Simone-Ancien Président-Délinquant Notoire. » Cependant, la population qui est la principale victime des actes des « bandits légaux » saura, au moment opportun, régler ses comptes au piètre musicien. Rira bien qui rira le dernier !

Quant au président Jovenel Moise et à son épouse qui se sont montrés fortement amusés par les propos et les gestes obscènes du triste personnage, nous les invitons à continuer à danser, à se déhancher. Il faut croire qu’ils en profiteront. Assurément…

Port-au-Prince, le jeudi 2 mars 2017
Marvel Dandin/Liliane Pierre-Paul

Kanaval la fini, men anpil madigra mal maske nan lari toujou.

Madigra mal maske, se sila yo ki pran pòz yo te nan kanaval, men ki, an reyalite tap regle plizyè lòt bagay. Tankou, zafè politik. Zafè kase ponyèt leta. kase ponyèt bizismann nan ranmase pil lajan sou do pwòp mizisyen parèy yo. Zafè manke moun de byen ak tout sosyete a dega nan grennen betiz sal, betiz santi di nan figi ti moun kou gran moun. Nan figi chèf leta a ak madanm li ki pat wè lòt sa yo pou yo te fè pase griyen dan/souke kò/souke tyatya. Nan figi Komite kanaval nasyonal la ak Majistra Okay la ki pap pran pretèks yo pat konnen « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen prezidan-Avadra » te gen yon kanaval fatra/dechè toksik li te gen poul vin simen nan Okay, kapital yon depatman yon siklòn fin ravaje. Nan yon kanaval yo di ki tap fèt an solidarite ak popilasyon gran Sid la.

Moun ki pral pretann se kanaval, atis gen libète ekspresyon, pap ka konvenk pèsonn libète ekspresyon vle di lisans-libètinaj-difamasyon-envansyon-mannèv, pou detwi moun ansanm ak biznis yap fè pou viv ak fè anpil lòt moun viv.

Moun ki pral pretann se kanaval, kòm kwa atis ka pase nenpòt moun an derizyon, rale desann nenpòt eslogan maldoran, pap ka bay kanaval ayisyen an souflèt marasa sa a, nan pran pòz yo pa konnen moun yo pase an derizyon nan kanaval pa bò isit, istorikman, se moun ki an afè ak sosyete a, ki, pou yon rezon oswa yon lòt, merite sosyete a ba yo monnen pyès yo.

Nan sans sa a, ki sa sosyete a ta genyen ak jounalis Liliane Pierre-Paul ak Jean Monard Métellus poul ta ap avili yo nan kanaval ?

Ki bò 2 jounalis sa yo komèt tout krim « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen prezidan-Avadra » lage sou do yo a ?

Ki bò yo pran plezi mache denigre moun ?

Ki bò, nan ki lari li wè, oswa nou wè, jounalis Liliane Pierre-Paul ap kouri machin ki vo pase lò ak dyaman ? Menm si se ta vre, sa ta vle di ti fanm ki sot nan pèp misye di lap defann lan, pa ta gen dwa woule bèl machin ?

Ki bò li jwenn Liliane Pierre-Paul nan gang kap vòlò tè ? Eske se konpayèl li Roro Nelson (plis pase konpayèl li, dapre sa kap di), ki ta rapòtel sa kòm espesyalis nan aktivite vòlò tè, dapre akizasyon kap peze sou dol ?

Li klè, maladi « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » ap soufri a, se pa li li di doktè a. Paske, chay li deside bay 2 jounalis yo pote a pa chita menm sou yon pwèlyèm chanjman. Lè yap gade jan mouche sa a deraye, gen moun ki di gen lè li pèdi plizyè fèy. Nou pa kwè sa. Li gen ase fèy poul konte lajan kòm sa dwa. Si lajistis tap fonksyone pa bò isit, nou sèten ou tap konn plis sou sa nou diw la. E, se jisteman pou bloke moun ak sektè kap goumen pou yon peyi nòmal, kote lajistis ap fonksyone tout bon, kote pèsonn pa ka pran chans fè dap piyanp sou lajan ak resous leta, ki fè « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra », dechennen konsa.

E, la a, fòk nou rekonèt « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » pa pou kont li. Se tout yon sistèm kap aji la a. Sa eksplike konplezans oswa silans anpil moun. Sistèm peze-souse nap goumen lontan kont li a gen « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » kòm yon gran aryè santral.

Dechèpiye lajan ak resous leta, vann oswa fè dwòg pase, siyen kontra dirèk-dirèk ak konpayi dèyè do Komisyon nasyonal pasasyon mache piblik, pou resevwa komisyon ak gwo manman lajan anba tab, egzije pou nan laprès oswa nan lòt sektè nan sosyete a, pa gen pyès moun kap poze kesyon, pa gen pyès moun kap egzije lajistis fouye zo nan kalalou, pase kòd nan kou bandi-atoufè-malfektè. Konsa, moun kou Liliane Pierre-Paul ak Jean Monard Métellus, pa dwe kontinye gen piblik kap koute yo pa bann e pa pakèt. Fòk yo lage vèni sou yo, si desizyon poko pran pou disparèt yo fizikman.

Se la a, lè nap gade, nou wè anpil moun twonpe yo, lè yo konprann se sèlman Liliane ak Jean Monard kap resevwa move pataswèl anba pat « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen prezidan-Avadra ». Se tout sosyete a ki konsène. Se peyi a ki antrave.

Gen moun ki konplis dirèk nan aksyon « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » ; gen lòt, akòz silans yo, ki se konplis pasif nan kanpay la èn ak destriksyon « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra a. »

Nou wè prezidan repiblik la ansanm ak madanm li te dan griyen epi tap danse pandan « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » tap grennen betiz nan figi yo. Chèf bandi legal la te di lèl te konn desann kansonl pat gen leta, Jovenel Moïse montrel toujou pa gen leta lèl rate okazyon poul te vire dol oswa poul pat prezan ditou lè cha dechè toksik la tap pwoche. Kidonk, menm kabrit Tomazo : menm plim, menm plimay.

Nou wè, komite kanaval nasyonal la ak meri Okay la, pa di krik. Yon Gabriel Fortuné ki pretann yon lè li te anpeche « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » fè yon bal nan vil la pou te anpechel vin fè bezwenl nan figi popilasyon an.

Nou wè, poul te ka fè travay sal sa a, « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » te jwenn, anplis bourad leta, sipò plizyè biznis prive.

Nou wè Komisè gouvèlman Okay la pa di krik devan atak ki fèt kont moralite piblik.
Nou wè sila yo ki di yo se otorite moral, legliz yo, ret bouch be.

Nou wè palman an kote gen moun ki di yo se defansè moral piblik, kwaze bra ap gade bèl espektak fatra ak mo sal.

Nou wè gen yon pati nan medya yo ki pa konprann atravè Liliane ak Jean Monard se yo ki vize tou, menm si, jodi a, se pa yo ki anba makak.

Nou wè lidè ak pati politik yo pa montre yo konsène.

Nou wè anpil nan sila yo ki tap danse kanaval fatra-watè a se menm sila yo ki viktim sosyete miwo-miba a, ki fè yo toujou rete plat atè anba tab la kote, jodi a, menm la sibab pa tonbe.

Nou wè sa yo rele òganizasyon sosyete sivil yo rete ap gade bèkèkè.

Anfen, nou wè ansanm sosyete a poko reyalize pwojè bandi legal yo se kraze peyi a nèt, pou fèl tounen yon kote se imoralite ak koripsyon kap taye banda.

Anpil silans. Twòp silans. Ki vin tèt koupe ak konplisite. Lè na reyalize se pa Liliane ak Jean Monard ki vrèman an koz, li ka deja twò ta.

Apre sa « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen prezidan-Avadra » fin fè Okay la, nou wè Liliane Pierre Paul te byen gen rezon sispèk yon plan matyavelik lè, soti 17 pou rive 21 fevriye, plizyè moun ki te prezante tèt yo kòm medyatè-entèmedyè, pami yo yon gwo otorite leta, te vini nan non « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra », kòm kwa misye te vle rankontre ak li, pou prezantel ekskiz epi rantre kanaval sal li a. Liliane te reponn senp : jamè mwen pap rankontre ak mesye sa a ; tout mal misye te bezwen fè fin fèt ; si konsyans li repwochel, li menm sèl gen pou pran yon desizyon ak tèt li. Se sa Liliane te reponn. Li te gen rezon, se te yon pyèj. Paske, si yon moun diw li regrèt yon bagay mal li fè, se pèsonèlman li gen poul pran yon desizyon. Li pa gen poul vin chita ak ou, ki viktim, pou vin rakonte anyen. Alòs, se negosye li tap vin negosye. Negosye ki sa ? E la a, nap tou pwofite demanti piblikman « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » : jamè, o gran jamè, Liliane Pierre-Paul pat rele nonm sa a, janl oze pretann sa sou pakou kanaval Okay la. Sa pat fèt e sa pap janm fèt. Si se te vre li te gen remò ; si se te vre fanmil pat dakò ak kanaval la, si se te vre li pa tap menm soti Okay, ki jan ou ka eksplike sak pase a ?

Se pa sèlman Liliane « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » atake. Li atake radyo Kiskeya tou li di ki pa peye anplwayel ase. Kidonk, se yon antrepriz ki pral gen kounye a 23zan, ki anplwaye yon 100tèn papa ak manman pitit, mizye vle kraze ? Alòske wòl yon moun ki te nan tèt leta, se kreye kondisyon pou inisyativ prive tankou pa nou an miltipliye, devlope, fleri. Kote asosyasyon sektè biznis la sou koze sa a ? « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » gen dwa atake yon antrepriz prive konsa ? Nou pa peye taks nan peyi a ?

Nan deklarasyon li fè devan stann yon konpayi, alòske se te swadizan kanaval, « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » di Radyo Kiskeya ap denigre konpayi sa a, ale pou vini. Poutan, radyo a pa janm fè sa. Kidonk, « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » ap eseye koupe viv nou, fè kliyan nou bann do.

Rayisans ak destriksyon !

Madigra mal maske yo deyò e, jodi a, anpil moun demaske yo. Kòm madigra mal maske, anpil moun pap pè yo. Sepandan, gen yon bagay ki klè : menm lè nou pa pè e nou pap janm pè « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra », nap remèt nan menl lavi 2 jounalis nou yo, Liliane ak Jean Monard, ansanm ak pèsonèl epi tout byen radyo tele Kiskeya nou wè li metel an kat poul kraze. Nou pap pale anlè, sitou lèn sonje kout zam ki te fèt premye desanm 2015 sou lokal radyo, lapolis pa janm eklèsi.

Kanta pou polemik lap chache a poul met kanson sou li kòm chen, « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra » pap jwenn sa ni bò kot Liliane, ni bò kot Radyo tele kiskeya an jeneral. Pi gwo kado nou sere pou li se mepri an atandan lajistis ka pran eskanp figil pou koresponn ak sanzave tout plimay nan peyi sa a.

Nou respekte bayakou kap fè yon travay difisil pou yo pa ni mande charite, ni mete men sou sa ki pa pou yo. Men nou konn byen, voye matyè sou bayakou se rans. Nou pap janm jwenn kalte matyè ki ka rive sal « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra ». Nou pap janm ka desann nan nivo-kanivo « Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra ». Kidonk, pap gen polemik. Se sosyete a ki reyèlman konsène nan aksyon malonèt lap mennen yo, kap konn ki repons yo gen pou li, lè moman an prezante. Konsa, nap di : “bat chen an tann mèt li”.

Kanta pou prezidan Jovenel Moïse ak madanm li, prezidan an sitou paske se te kanaval pa li (le président a parlé, point barre) nap di yo kontinye danse bèl kanaval “Sweet Micky-Ti Simone-Ansyen Prezidan-Avadra”. Souke tyatya. Simen gouyad. La bon pou yo…

Pòtoprens, jedi 2 mas 2017
Marvel Dandin/Liliane Pierre-Paul