> Actualité > Les crises sectorielles se poursuivent... Le Gouvernement sera-t-il à la (...)

Haïti-Crise

Les crises sectorielles se poursuivent... Le Gouvernement sera-t-il à la hauteur ?

Cette semaine les secteurs du textile, universitaires, étudiants, enseignants et ainsi que d’autres employés d’état occupent activement le macadam

Publié le mardi 30 mai 2017

Poursuite sans relâche de la mobilisation dans le secteur textile en faveur du salaire minimum de 800 gdes, des ouvriers ont de nouveau manifesté en ce sens hier.

Un des représentants du secteurs syndical au sein du Conseil supérieur des salaires , Jean Bonard Fatal, a démissionné de ce poste en raison de la collusion avérée, selon lui entre les représentants de l’Etat et ceux du patronat au sein de ladite structure.

Le président de la Commission Affaires sociales et Travail du Sénat, Antonio Cheramy, annonce l’audition ce matin du ministre des affaires sociales Roosevelt Bellevue autour de la crise dans le secteur de la sous-traitance.

Crise à l’OAVCT

A l’OAVCT, les employés en grève dénoncent l’occupation des locaux de l’organisme par la police sur ordre du directeur général Elie Blaise contre qui ils renouvellent les accusations de corruption et d’incompétence administrative. Ils se disent plus que jamais déterminés à le pousser vers la sortie.

Crise dans le milieu enseignant

Du côté des enseignants du secteur public de l’éducation c’est encore la grogne. L’UNNOH, soutenue par des élèves, a organisé une marche hier qui a abouti devant le siège de la primature pour, une nouvelle fois, réclamer le paiement d’arriérés de salaires et l’amélioration des conditions de travail.

La paralysie des activités à l’Ecole Normale Supérieure et à la Faculté des Sciences humaines se poursuit dans le cadre de la crise à l’UEH.

Crise des employés des places publiques

Les employés des places publiques doivent pour leur part tenir leur 53e sit-in ce matin devant le siège de du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales pour réclamer le paiement de 24 mois d’arriérés de salaires. Ils font savoir que 16 des leurs ont déjà crevé de faim. HI/JMD/RK