> Actualité > Concert de protestations contre le budget 2017-2018

Haiti-Finances

Concert de protestations contre le budget 2017-2018

La présidence satisfaite du vote du budget

Publié le mardi 12 septembre 2017

Des organisations de la société civile telles l’Unité de Recherche et d’action Médico-légale (URAMEL), le RNDDH, la Commission Episcopale Justice et Paix (CE-JILAP), la Plateforme des Organisations de Droits Humains (POHDH) dénoncent le budget 2017-2018 voté, le samedi 9 Septembre à la chambre basse. Cette loi de finances publiques porte préjudice aux intérêts de la population, selon ces organisations.

Lors d’une conférence de presse donnée ce lundi 11 Septembre, la coordonatrice de l’organisation CE-JILAP, Jocelyne Colas, a déclaré que ce budget n’est pas en conformité avec la constitution et conduira le pays vers plus d’inégalité sociale, de misère, d’injustice et de corruption

Le directeur exécutif du RNDDH, Pierre Espérance, rappelle la tenue d’une rencontre entre plusieurs organisations du secteur des droits humains et des parlementaires avant le vote, au cours de laquelle ces organisations avaient mis en garde concernant la situation difficile dont la population pourrait avoir à faire face si ce budget était adopté.

Dénonçant la volonté du pouvoir en place d’étrangler population, le coordonnateur général de la Plateforme des Organisations Haïtiennes des Droits Humains, Me Joseph Maxime Rony, a qualifié de provocation le vote du budget.

Selon lui, la population doit prendre son destin en main en recourant à la désobéissance civile. Il indique également que l’Etat ne fournit pas les services de base à la population.

Il lance enfin une mise en garde à la direction de la PNH, afin qu’elle ne s’engage pas dans l’utilisation de ses unités contre la population. Il appelle la population à la mobilisation.

- Le leader de la Plateforme Pitit Dessalines, Jean Charles Moise, lance un appel à la participation massive à la manifestation qu’elle organise ce mardi contre le budget et le pouvoir en place.

- L’organisation dénommée Initiative Citoyenne pour l’Unité du Secteur Démocratique, qualifie d’ « anti-peuple » le budget, et appelle à l’unité le secteur démocratique contre les dérives du gouvernement.

Le porte -parole de la plateforme Pitit Dessalines Rony Timothée, à la fois membre de l’Initiative du Secteur Démocratique, révèle une rencontre qui se serait tenue au ministère de l’intérieur, en vue d’assassiner le sénateur Antonio Cheramy et le leader de la plateforme Pitit Dessalines, Jean Charles Moise.

Sur un autre plan, il dénonce le pouvoir pour avoir inséré dans le budget 2017-2018, une série de rubriques allant contre les intérêts fondamentaux de la population.

- Un autre membre de l’Initiative Citoyenne pour l’Unité du Secteur Démocratique, le militant politique René Civil, appelle à la mobilisation contre le budget. Il a aussi rappelé le massacre de St-Jean Bosco et l’assassinat du militant politique Antoine Izméry.

Sur la formation du Conseil Electoral Permanent, René Civil des membres de l’actuel CEP ne devraient pas en faire partie. Il souhaite un tirage au sort public parmi des représentants de plusieurs secteurs en vue du choix des membres du CE permanent.

- La présidence salue le vote par le parlement du budget 2017-2018, qui, selon l’une de ses porte-parole, Tamara Orion, va permettre à l’exécutif d’ouvrir une série de grands chantiers dans le pays.

Lors d’une conférence de presse donnée, ce lundi 11 Septembre au Palais national, Mme Tamara Orion appelle au calme la population, par rapport aux informations ayant rapport avec le budget. Les citoyens bénéficieront des services auxquels ils ont droit, déclare-t- elle.

En ce qui a trait au dossier des Kits scolaires surfacturés impliquant l’ex ministre des affaires sociales Roosevelt Bellevue, la porte-parole assure de la poursuite de l’enquête.

Concernant la mobilisation annoncée par le leader de la plateforme Pitit Dessalines Jean Charles Moise contre le budget 2017-2018, une seconde porte-parole de la présidence, Martine Denis Chandler, souhaite que les protestataires respectent les prescrits de la loi.