> Actualité > POINT DE L’ACTUALITÉ LUNDI 29 JUIN 2020

POINT DE L’ACTUALITÉ LUNDI 29 JUIN 2020

Publié le mercredi 1er juillet 2020

*LE PRÉSIDENT JOVENEL MOISE ANNONCE DES MESURES DE REPRISE DES ACTIVITÉS INCLUANT LA RELANCE DES VOLS COMMERCIAUX ET L’ASSOUPLISSEMENT DU COUVRE-FEU.

IL LANCE DE NOUVELLES FLÈCHES CONTRE DES HOMMES D’AFFAIRES QU’IL N’A PAS IDENTIFIÉS.

Le président Jovenel Moïse a annoncé hier lundi la reprise graduelle des activités dans le pays en dépit de la crise sanitaire née de la présence du nouveau coronavirus en Haïti depuis le 19 mars dernier.

Le chef de l’Etat intervenait lors d’une adresse à la nation depuis le palais national en présence notamment du premier ministre de facto Joseph Jouthe, de la ministre de la santé publique Marie Gretta Roy Clément, du ministre de la communication Pradel Henriquez, du ministre délégué auprès du premier ministre en charge de la citoyenneté et du patriotisme Guy André François Junior ainsi que du directeur général du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), le docteur Lauré Adrien.

Parmi les mesures que le chef de l’Etat a annoncées, il confirme la reprise dès ce mardi des vols commerciaux à l’aéroport international Toussaint Louverture et évoque un assouplissement du couvre-feu qui s’étendra de minuit à 4 heures du matin à partir de ce mardi 30 juin.

S’agissant des entreprises de sous-traitance, elles devraient recommencer à fonctionner normalement à partir du lundi 6 juillet, a encore annoncé Jovenel Moïse qui appelle au respect des principes barrières pour éviter une propagation de la maladie.

Jovenel Moïse a aussi indiqué que des dispositions seront également adoptées en vue de la réouverture des écoles et la reprise des activités au niveau des églises et des centres universitaires.

- Le président Jovenel Moïse a par ailleurs salué la contribution de certains membres du secteur privé des affaires qui, dit-il, ont participé dans la lutte contre le nouveau Coronavirus.

Il évoque entre autres, l’augmentation du nombre de générateurs d’oxygène dont dispose le pays ainsi que leur alimentation en énergie par des membres du secteur des affaires.

Toutefois, Jovenel Moïse a, une fois encore, dénoncé une frange de ce secteur qu’il identifie, sans la citer nommément, comme un obstacle au développement du pays.

*LE SÉNATEUR YOURI LATORTUE DÉSAPPROUVE LES MODALITÉS DE LA REPRISE TELLES QUE DÉFINIES PAR LE GOUVERNEMENT. IL CRITIQUE NOTAMMENT LA RÉOUVERTURE DE L’AÉROPORT INTERNATIONAL ET LES VOLS EN PROVENANCE DE LA FLORIDE EN PROIE À UNE RECRUDESCENCE SIGNIFICATIVE DU COVID-19.

L’ancien président du sénat, Youri Latortue, a dénoncé la décision du président Jovenel Moïse d’autoriser la reprise des vols internationaux à l’aéroport Toussaint Louverture à partir de ce mardi 30 juin.

Le sénateur Latortue estime que le chef de l’Etat aurait dû autoriser la reprise des activités dans les églises, les temples vodous et dans les autres institutions bien avant la reprise des vols internationaux.

Sa décision aura de lourdes conséquences sur le pays, a dit Youri Latortue, rappelant que la Floride, où résident de nombreux ressortissants haïtiens, est actuellement frappée par une recrudescence du nouveau Coronavirus.

- Le sénateur Youri Latortue informe que son bureau a envoyé une correspondance à la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA) pour lui demander de faire un audit des dépenses du gouvernement dans le cadre de la lutte contre le nouveau Coronavirus.

Le sénateur Latortue rappelle que, selon l’article 12 de la loi de mars 2010, le parlement et la cour des comptes ont la prérogative de contrôler les dépenses du gouvernement en période d’urgence.

Dans une interview accordée hier lundi à Radio Kiskeya, le sénateur Latortue informe que plus de 34 millions de dollars américains et environ 2 milliards de gourdes ont déjà été dépensés dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Il évoque des zones d’ombre dans la façon dont ces fonds ont été engagés.
*DISPERSION BRUTALE HIER PAR LA POLICE DU SIT-IN PACIFIQUE D’UN GROUPE DE PETROCHALLENGERS DEVANT LE SIÈGE DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE.

La police a dispersé hier lundi à coup de gaz lacrymogène et par des tirs à balles réelles, un sit-in qui était organisé devant les locaux du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique (MJSP).

Les protestataires entendaient dénoncer l’impunité ainsi que le climat d’insécurité qui prévaut dans le pays, notamment dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Ce sit-in était organisé à l’initiative du groupe de Petro challengers dénommé « Nou pap dòmi ».

Les participants à ce mouvement de protestation ont aussi dénoncé les velléités dictatoriales de l’équipe au pouvoir.

Ils avaient tenté à plusieurs reprises de se regrouper mais des policiers, à bord d’un véhicule sans plaque d’immatriculation, les ont à chaque fois, aspergés de gaz lacrymogène et les ont dispersés par des tirs.

Les protestataires ont dénoncé les brutalités policières faisant remarquer que même les journalistes n’ont pas été épargnés.

L’un des dirigeants de l’organisation « Nou pap dòmi », James Beltis, a dénoncé la façon dont les policiers ont dispersé le sit-in. Intervenant au journal de la mi-journée hier lundi sur radio Kiskeya, le Petro Challenger dénonce la volonté du gouvernement d’empêcher l’organisation des mouvements de protestation dans le pays.

*L’ENQUÊTE SUR L’ASSASSINAT DU SUBSTITUT DU COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT FRITZ GÉRALD CERISIER, AVANCE, SELON LE MINISTRE DE LA JUSTICE, LUCMANE DELILE.

Le ministre de la justice et de la sécurité publique du gouvernement de facto, Me Lucmane Délile, informe que les forces de l’ordre sont sur les traces de l’auteur de l’assassinat du substitut commissaire du gouvernement Fritz Gérald Cerisier, le 19 juin dernier.

Lors d’une conférence de presse hier lundi au ministère de la justice, Me Délile a indiqué que c’est pour ne pas entraver l’enquête ouverte autour de ce meurtre qu’il s’est gardé de donner plus de détails.

Les autorités mettent tout en œuvre en vue d’appréhender le criminel, a garanti Me Lucmane Délile.

- Le directeur général du ministère de la justice, Me Jacques Louis Raymond, a indiqué que les commissaires du gouvernement impliqués dans les vols de terrains seront éjectés du système. Cela, dit-il, débutera dans la juridiction de Port-au-Prince.

Pour sa part, le ministre de la justice, Me Lucmane Délile, annonce des rencontres avec des arpenteurs et des notaires dans le cadre de la lutte contre l’insécurité foncière.

- Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval confirme qu’il s’est entretenu hier lundi avec le ministre de la justice du gouvernement de facto, Me Lucmane Delile, sur l’insécurité foncière. Me Dorval insiste sur la nécessité que des dispositions soient adoptées en vue de résoudre ce problème.

Il affirme que le barreau de Port-au-Prince s’intéresse beaucoup à la lutte contre ce phénomène.

*Le publiciste et technicien de radio, Bernard Léon, est décédé le week-end dernier des suites d’une maladie. Bernard Léon, qui a travaillé à Radio Métropole, était le cousin de son directeur général Richard Widmaier.

Daniel Marcelin, un des collaborateurs Bernard Léon à la radio, dresse son profil au micro de Beethovens François Fils.

*SIT-IN, HIER, DEVANT LE SIÈGE DE LA MAIRIE DE TABARRE CONTRE LA MAIRESSE NICE SIMON. DES ÉLUS LOCAUX ET DES PERSONNES ISSUES DE DIVERS SECTEURS, EXIGENT SON DÉPART DE LA MAIRIE, SON MANDAT TOUCHANT À SON TERME. ILS DEMANDENT AU GOUVERNEMENT DE NE PAS LA GARDER À TITRE D’AGENTE EXÉCUTIVE INTÉRIMAIRE DE L’EXÉCUTIF.

Plusieurs élus locaux et des acteurs de la société civile ont organisé hier lundi un sit-in devant le bâtiment logeant la mairie de Tabarre pour exiger le départ de la mairesse Nice Simon, arrivée en fin de mandat.

Les protestataires ont appelé le président Jovenel Moïse à former une commission en vue de discuter avec eux du choix de nouvelles personnalités devant prendre les rênes de l’administration communale.

Le président de la Fédération Nationale des Magistrats Haïtiens (FENAMH), Jude Edouard Pierre a dénoncé l’attaque contre la mairesse de Tabarre, Nice Simon.

Dans une interview accordée lundi à Radio Kiskeya, le maire de Carrefour a dénoncé un petit groupe, se réclamant du pouvoir en place, qui cherche à prendre le contrôle de la Mairie de Tabarre.

Il invite le ministère de l’intérieur à diligenter une enquête et appelle le pouvoir à condamner ce qu’il qualifie « d’actes malhonnêtes ».

Jude Edouard Pierre a aussi salué la décision d’un groupe de magistrats qui n’acceptent pas de rester dans les Mairies à titre d’agents intérimaires de l’Exécutif.

*LE MAIRE DE LA CROIX DES BOUQUETS, SES ASSESSEURS, AINSI QUE DES MAIRES D’AUTRES RÉGIONS, SOLLICITENT UN AUDIT DE LEUR GESTION PAR LA COUR DES COMPTES A L’OCCASION DE LA FIN DE LEUR MANDAT, LE 28 JUILLET PROCHAIN.

Plusieurs maires dont Rony Colin de la Croix-des-Bouquets et Jean Junior Auguste de La Victoire, ont remis hier lundi une correspondance aux responsables de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA) pour les informer qu’à partir du 28 juillet ils cesseront de diriger leurs communes respectives. Nos signatures ne seront plus valables, ont-ils fait savoir.

Rony Colin reconnait que son mandat a pris fin. Il assure qu’il n’a aucune intention de continuer à diriger la Mairie de la Croix-des-Bouquets et soutient qu’il a pris cette décision afin de respecter la constitution haïtienne.

- Le maire de Pétion-Ville, Dominique Saint-Roc, s’est décerné un satisfécit pour sa gestion à la tête de la commune durant les 4 dernières années.

Il évoque un bilan très positif. Interrogé sur sa volonté de rester à la tête de la Mairie de Pétion-Ville, le maire Saint-Roc affirme qu’il reste disponible pour servir la communauté.

Une messe d’action de grâce a été chantée hier lundi en l’Eglise Saint-Pierre de Pétion-Ville à l’occasion de la Saint-Pierre, patronne de la commune.
La fête n’a pas eu son éclat habituel à cause de la crise du nouveau Coronavirus.

*Plusieurs organisations politiques dont le MOVID, l’APAA et Anbake pou Chanje, ont dénoncé hier lundi, la façon dont le gouvernement gère la crise du nouveau Coronavirus.

Le porte-parole du MOVID, Abel Loreston annonce qu’une plainte sera déposée contre 5 membres du gouvernement Tèt Kale impliqués dans la gestion de la crise.

Il cite le premier ministre de facto Joseph Jouthe pour avoir débloqué 18 millions de dollars pour l’achat de matériels médicaux, la ministre de la santé publique, Marie Gretta R. Clément qu’il accuse de mentir à la population, des ministres Joaséus Nader des travaux publics et Abner Septembre de l’intérieur ainsi que le directeur général du Service National de Gestion des Résidus Solides (SNGRS), Eudes Lajoie, qui disposait d’une enveloppe de 50 millions de gourdes pour réaliser des travaux d’assainissement.
Pour sa part, Edouard Saint-Fleur de l’organisation « Anbake pou chanje » a dénoncé le ministre de l’intérieur Audain Fils Bernadel qu’il accuse de mettre sur pied des gangs armés dans plusieurs régions du pays dont Petit-Goâve et certains quartiers populaires de la capitale.

Le militant plaide en faveur du départ du gouvernement et de la fermeture du ministère du commerce qui, dit-il, n’a rien apporté de bon aux citoyens.

- Etzer Jean-Louis annonce lui la reprise de la mobilisation pour contraindre le président Jovenel Moïse à la démission avant le 7 février 2021.

Il a aussi remercié tous ceux qui ont aidé ces organisations à accompagner la population pendant la crise du nouveau Coronavirus. « Maintenant le virus que nous devons déraciner s’appelle Jovenel Moïse », a dit Etzer Jean-Louis.

*L’organisation socio-politique Viv-Ayiti, a salué les organismes de défense des droits humains RNDDH (Réseau National de Défense des Droits Humains) et FJKL (Fondation Je Klere) pour leurs rapports démontrant les liens qu’entretiennent le gouvernement et les groupes armés.

Lors d’une conférence hier lundi dans les jardins de Kiskeya, le porte-parole de l’organisation Rony Timothée a dénoncé le gouvernement pour s’être allié, dit-il, avec des groupes armés en vue d’empêcher les citoyens de manifester.

Rony Timothée demande à la population de ne pas se laisser intimider mais l’invite à se soulever pour défendre ses intérêts. Il annonce pour la fin du mois de septembre, la reprise de la mobilisation contre le président Jovenel Moïse.

- Pour sa part, le coordonnateur général de Viv Ayiti, Biron Odigé a lui aussi dénoncé les rapports qu’entretient le gouvernement avec les gangs armés qui ont mis sur pied le groupe G 9 et alliés.

Biron Odigé affirme que le poste de directeur général de la Caisse d’Assistance Sociale (CAS) a été confié à un proche des groupes armés en vue de les alimenter en argent.

Le militant politique dénonce aussi l’attitude de la représentante du secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Helem la Lime qui, dit-il, s’allie avec le président Jovenel Moïse pour étouffer le peuple haïtien.
[SALLE DES NOUVELLES/DODELEY ORELUS/MD]

Liliane Pierre-Paul éléments Aller à la galerie de Liliane Pierre-Paul