> Actualité > Plusieurs milliers de manifestants dans les rues de P-au-P

Plusieurs milliers de manifestants dans les rues de P-au-P

Publié le mardi 13 janvier 2004

Plusieurs milliers de manifestants, étudiants pour la plupart, dans les rues de P-au-P hier pour réclamer à la fois justice en faveur de l’étudiant en médecine Ericq Pierre tué il y a un an et la démission du chef de l’Etat. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté lundi à Port-au-Prince, la capitale de Haïti. Les protestataires ont réclamé la démission du président Jean Bertrand Aristide. Le rassemblement s’est déroulé sans incident, selon un journaliste de l’afp.

La police anti-émeute a repoussé à plusieurs reprises quelques activistes d’organisations populaires (OP) du parti Lavalas au pouvoir qui lançaient des pierres sur le cortège.

Haïti, l’un des pays les plus pauvres de la planète, connaît une grave crise politique. L’île des Caraïbes se retrouve sans Parlement à compter de ce mardi, le mandat de ses 83 députés et des deux-tiers de ses 27 sénateurs étant échu le 12 janvier.

En dépit de discussions et de médiations de l’Organisation des Etats Américains (OEA), le gouvernement et l’opposition n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur la tenue de nouvelles élections. Quinze sénateurs resteront en fonctions, a toutefois précisé Lan Clones, un sénateur influent du parti au pouvoir.

« Le quorum étant de 14, ils pourront continuer à siéger en commissions et en séances plénières et le gouvernement n’aura pas à gouverner par décret », a-t-il précisé. Le président haïtien, qui entend rester au pouvoir jusqu’au terme de son mandat en février 2006, a promis un scrutin pour cette année, mais sans donner de date.

Lundi, il a appelé ses compatriotes à retrouver « la paix » et « la compréhension ». « Que la lumière et la paix brillent partout dans le pays avec la sagesse », a-t-il déclaré dans un discours à la nation, avant de partir pour le Mexique assister au sommet des Amériques.

- Manifestation anti-gouvernementale également à St-Marc et aux Gonaives. Dans la Cité de l’indépendance, un adolescent de 13 ans a été atteint d’une balle au pied à l’occasion des échanges de coups de feu entre la police et des membres du Front anti-Aristide.

- A Miragoâne, les OP lavalas font régner la terreur après la mort d’un des leurs, dimanche dernier. La Coordination nationale de plaidoyer pour les droits des femmes (CONAP) dénonce le projet du gouvernement d’empêcher toute contestation en province.

- Le CSPN annonce l’ouverture d’une enquête sur les circonstances de l’assassinat de l’inspecteur général et directeur par intérim de la police dans le Nord, Edner Jeanty. Le délégué du Nord, Myrtho Julien, désigne du doigt un secteur qu’il n’a pas identifié qu’il dit être déterminé à faire couler le sang dans le pays.

- Le chef de l’Etat appelle les haitiens à la Paix et à la sagesse avant son départ pour Monterrey (Mexique) où il doit prendre part au Sommet des Amériques. Il en profite pour présenter ses condoléances à la PNH concernant l’assassinat de l’inspecteur général Jeanty Edner et à la famille du dénommé « Sonsonn », membre de son parti, tué dimanche à Miragoâne.

- Le sénateur du 21 mai Dany Toussaint dénonce un plan d’assassinat de plusieurs responsables politiques et personnalités dont lui-même et de nombreux chefs d’OP lavalas. Il impute un tel plan au gouvernement. Prenant part à la manifestation des étudiants, le parlementaire contesté a promis des « surprises » concernant le départ de Jean Bertrand Aristide.

- La 47ème législature lavalas contestée du 21 mai 2000 s’est retirée. 15 sénateurs encore contestés restent en fonction.

- Le vice-président de l’ADIH, Charles Henri Baker, a répondu hier à une convocation de la DCPJ autour des violences enregistrées lors de la manifestation du 7 janvier dernier à P-au-P.

- Dans une déclaration diffusée par plusieurs médias de la capitale, le père Joachim Samedy révèle que des sbires du chef de l’Etat chargés de l’assassiner sont arrivés à Jérémie.