> Actualité > Des policiers haïtiens bientôt formés par des experts dominicains et la (...)

Haïti-R. Dominicaine-Police

Des policiers haïtiens bientôt formés par des experts dominicains et la DEA

Les agents du BLTS et des unités relevant de la DCPJ suivront dans les prochains jours des séances d’entraînement à Port-au-Prince dans le cadre de la coopération haïtiano-dominicaine contre le narcotrafic et la criminalité

Publié le mercredi 30 mai 2007

La Direction nationale de contrôle des dogues (DNCD) et la Police Nationale dominicaine ont annoncé mardi à Santo Domingo le renforcement immédiat de la coopération avec Haïti à travers un programme d’entraînement destiné à la police haïtienne.

Selon la presse dominicaine, des éléments du Bureau de lutte contre le trafic de stupéfiants (BLTS) et des unités relevant de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), chargées de mener des investigations criminelles, bénéficieront d’une formation adéquate en vue de mieux s’acquitter de leurs tâches. Le président de la DNCD, le major-général Rafael Radhamés Ramírez Ferreira, précise que les sessions de formation doivent démarrer dans les prochains jours dans le cadre de l’intensification de la coopération entre Haïti et la République Dominicaine. Une équipe d’experts dominicains est attendue incessamment à Port-au-Prince.

Pour le responsable dominicain, ce cycle de formation vise à permettre à la Police Nationale d’Haïti de disposer des moyens nécessaires pour affronter le trafic de drogue, un des principaux obstacles auxquels elle doit faire face, ainsi que d’autres activités criminelles comme "par exemple, les enlèvements et assassinats de citoyens".

Ramìrez Ferreira a aussi précisé que l’agence anti-drogue des Etats-Unis (DEA) participera activement à l’entraînement des policiers haïtiens. A ce propos, il rappelle que cet organisme joue un rôle fondamental "dans la lutte locale et régionale que nous sommes en train de livrer contre ce terrible fléau". Il ajoute que le cycle de formation doit démarrer immédiatement "parce que nous n’avons pas de temps à perdre".

"La DNCD va commencer à entraîner tout de suite une unité spécialisée de la police haïtienne en vue de rendre plus effective la lutte contre le trafic de stupéfiants", a, de son côté, affirmé Roberto Lebròn, le porte-parole du général, soulignant "qu’il s’agit d’un effort relevant de la responsabilité que nous avons de travailler en coordination avec les haïtiens.

Les agents de la PNH recevront le même type de formation que celui dispensé aux "Linces", un escadron spécial motorisé dont la mission est de traquer de l’autre côté de la frontière les délinquants impliqués dans toutes sortes d’activités criminelles.

Il y a quelques mois, 16 officiers de police haïtiens avaient suivi au siège de la Direction nationale de contrôle des drogues (DNCD) un cours sur l’identification et la manipulation des susbstances prohibées.

La nouvelle initiative survient au lendemain d’une imporrtante rencontre, qui s’était tenue vendredi dernier à la frontière, entre le directeur général de la Police Nationale d’Haïti, Mario Andrésol, le général Rafael Radhamés Ramìrez Ferreira et le chef de la police dominicaine, le major-général Bernardo Santana Pàez. Les commandants des départements militaires dominicains et les directeurs départementaux de la PNH affectés à la zone frontalière avaient également pris part aux discussions axées sur le renforcement de la coopération en matière de lutte contre le trafic de drogue et la criminalité.

Le département d’intelligence des Forces Armées J-2, le département d’intelligence de l’Armée Nationale G-2 et le département national des investigations (DNI) ont renforcé, ces derniers jours, leur présence aux différents points de passage entre Haïti et la République Dominicaine. Les autorités de Santo Domingo se félicitent de l’évolution de la situation à la frontière longue d’environ 400 kilomètres. spp/RK