> Actualité > Monique Pierre était liée au trafic de drogue, selon la police (...)

Haïti-Police-Criminalité

Monique Pierre était liée au trafic de drogue, selon la police haïtienne

Le chef de la DCPJ, Frantz Thermilus, ne dispose d’aucun indice sur l’implication du vévicule du Sénateur Joseph Lambert dans le crime et annonce une vaste offensive contre les gangs identifiés

Publié le mercredi 3 décembre 2008

La PNH a clairement associé mercredi aux milieux de la drogue Monique Pierre, la compagne du commissaire de police des Gonaïves (Artibonite, nord), Ernst Bouquet Dorfeuille, enlevée et assassinée par un commando.

« Selon les premières informations dont nous disposons, Monique Pierre était une femme proche des narcotrafiquants », a affirmé lors d’une conférence de presse le commissaire divisionnaire Frantz Thermilus, chef de la police judiciaire (DCPJ). Il a promis, à partir de certains indices disponibles, de poursuivre jusqu’au bout des investigations portant sur la personnalité de la victime et le réseau social dans lequel elle évoluait.

S’agissant du véhicule officiel du Parlement affecté à la sécurité du Sénateur Joseph Lambert, aucune preuve de son implication éventuelle dans le crime n’a pu être établie, a indiqué le commissaire Thermilus. Il assure que l’alerte avait été donnée concernant la Nissan Patrol de couleur grise immatriculée OF-00332 après que le commissaire Dorfeuille eut relayée une information que la servante de sa compagne avait communiquée. Elle aurait relevé la plaque minéralogique du véhicule du parlementaire au moment où les bandits emmenaient la jeune femme vers une destination inconnue.

Poursuivant l’exposé des données préliminaires de l’enquête criminelle en cours, le responsable de la DCPJ a fourni un luxe de détails sur la Nissan Patrol de couleur beige immatriculée AA76525 retrouvée sur la route de Frères, à Pétion-Ville (banlieue est). Frantz Thermilus précise que ce véhicule, dont la plaque trafiquée est celle d’une Honda Accord enregistrée au nom de Paul Nacer Brutus, a été utilisé pour réaliser au moins trois enlèvements depuis qu’il a été volé en septembre dernier, changeant d’autant de fois de couleur. Propriété de l’organisation humanitaire Catholic relief service (CRS), la jeep à l’origine de couleur blanche a participé à un kidnapping ayant visé la famille Dessain, qui vient de l’île de La Gonâve tout comme Monique Pierre. Un policier kidnappé lors de cette opération est depuis porté disparu.

D’autre part, repeint en gris, le même véhicule a servi à enlever un client d’un hôtel de la capitale. Samedi dernier, il était de couleur beige au moment où les tueurs qui se trouvaient à son bord avaient fait irruption chez Mme Pierre, 35 ans, devenue opulente dans le monde des affaires après avoir fait de la prison aux Etats-Unis pour son implication dans le narcotrafic.

Le remote control de la barrière de la défunte découvert dans le véhicule hautement suspect avait permis de l’intercepter.

Frantz Thermilus a aussi mentionné une Toyota de couleur rouge qui a été prise en chasse par la police suite à des témoignages faisant savoir que les membres du commando étaient montés à bord de ce deuxième véhicule après avoir abandonné le premier en cours de route. Les deux passagers, un policier et un autre individu, ont été interpellés et sont actuellement interrogés au siège de la DCPJ.

Enfin, cette affaire a permis aux forces de l’ordre de lever le voile sur un vaste réseau criminel qui compte dans ses rangs d’anciens policiers, notamment des ex-commissaires. Ils ont été tous identifiés et sont activement recherchés, a promis le chef de la police judiciaire visiblement optimiste sur les chances de remonter la filière des gangs repérés.

Depuis mardi soir, le commissaire Ernst Dorfeuille est placé en garde à vue. Il a été reconduit en prison mercredi soir après avoir été interrogé au parquet de Port-au-Prince. Le haut commandement de la Police Nationale s’est mobilisé pour faire la lumière sur la mort de Monique Pierre, tuée de deux balles et dont les yeux ont été également crevés samedi dernier peu après son enlèvement à son domicile dans le quartier Pernier 40, à Pétion-Ville. spp/Radio Kiskeya

Liliane Pierre-Paul éléments Aller à la galerie de Liliane Pierre-Paul