> Editoriaux > Le CEP fait-il de la politique ?

Haïti-Elections

Le CEP fait-il de la politique ?

Quelles responsabilités, dans la catastrophe qui s’annonce, des institutions qui ont confirmé leurs membres au sein du CEP ?

Publié le vendredi 9 juillet 2010

Le Conseil Electoral Provisoire (CEP) de Gaillot Dorsainvil vient de lancer pour lundi prochain une invitation aux candidats agréés pour les élections avortées de février et mars derniers.

Le même jour, l’organisme électoral est censé attendre les partis politiques impliqués dans la course électorale, « pour l’ouverture du dialogue », dit-on.
Que faudrait-il comprendre de la concomitance des deux invitations ? Vu que, dans leur majorité, les partis politiques ont déjà annoncé qu’ils ne répondront pas à l’invitation qui leur a été lancée, faudrait-il réaliser que, face au risque d’un éclatant échec, le CEP aurait résolu de recourir aux vieilles recettes de la politicaillerie haïtienne, en mettant à profit à la fois le faible lien des candidats avec leurs partis et l’intérêt traditionnellement aveugle et tout à fait individualiste des candidats aux postes électifs ?

Si telle serait la démarche du CEP, ne serait-on pas en droit de penser que l’organisme électoral, censé être neutre et prioritairement technique, s’implique dans la politique ? Le CEP serait-il un organe politique, opposé aux partis pour lesquels il est censé organiser les élections ?

Comment comprendre son appel au dialogue quand, dans le même temps il convie directement les candidats perçus alors comme ses véritables partenaires ?

Quand on compare ce qu’il conviendrait d’appeler « la manœuvre politique du CEP » à la démarche de l’Exécutif vis-à-vis des parlementaires dans le processus de création de la Concertation des Parlementaires Progressistes (CPP), il y a lieu de craindre que l’anarcho-populisme gagne encore plus de terrain par le renforcement acharné et aveugle des vocations et ambitions individuelles, au détriment de l’institutionnalisation des partis et des organisations en général.

Il ne manque pas d’exemple, dans beaucoup d’autres domaines, de ce refus du dialogue véritable, de la construction et de la consolidation des institutions. Les cas les plus connus sont ceux de la Cour de Cassation, du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, de la constitution du CEP permanent, etc …

Que nous apporte, dans ces conditions, la communauté internationale prétendument démocratique et porteuse de formules salutaires à des pays, comme le nôtre, réputés être des entités chaotiques ingouvernables ? Comment, ces pays, comme le nôtre, deviendront-ils gouvernables, sans institutions ?

De leur côté, les candidats qui se prêteront au jeu ouvertement macabre qui se prépare, auront-ils la garantie de pouvoir être élus aux postes convoités ? Ou, pour être réalistes, la plupart d’entre eux ne seraient-ils motivés que par l’esprit de lucre, étant entendu que l’acte de candidature constitue de plus en plus un passe-droit à la mendicité sous prétexte de collecte de fonds pour la réalisation des campagnes électorales ?

La nation est interpellée face aux risques que lui font courir des politiques comme celles qui semblent avoir été adoptées dans le but d’organiser des élections qui, parce qu’elles seront contestées, ne conduiront jamais à la stabilité.

Quelle responsabilité des institutions qui ont confirmé leurs membres au sein du CEP, sont-elles prêtes à assumer dans ce qui se dessine et dans la catastrophe qui pourrait en résulter ? Car, plus que jamais, il ne faudra plus jeter son dévolu que sur le président René Préval, sur le gouvernement Bellerive, le CEP et la communauté internationale. Il y a bien des institutions qui, par incompétence, par couardise ou en raison d’une ouverte complicité, cautionnent et facilitent la « prochaine catastrophe ».

Marvel Dandin