> Actualité > Annulation des élections : Le groupe des douze appelle un expert à la (...)

Haïti-Elections-Crise

Annulation des élections : Le groupe des douze appelle un expert à la rescousse

Présenté comme un consultant en opérations électorales, Balthazar St-Fort Liné, ex-président d’un CEP qui avait organisé des élections contestées en 1993, dit constater des manquements et erreurs graves dans le rapport de la mission technique de l’OEA qui recommande la poursuite corrigée du processus électoral

Publié le jeudi 27 janvier 2011

Le groupe des douze candidats à la présidence favorables à l’annulation totale des élections controversées du 28 novembre a présenté jeudi une analyse de l’ancien conseiller électoral Balthazar St-Fort Liné remettant en question la crédibilité du rapport des experts de l’Organisation des Etats américains sur l’évaluation du processus électoral.

Président du CEP qui avait organisé les législatives contestées du 18 janvier 1993 sous le gouvernement de feu Marc Bazin, M. Liné, aujourd’hui engagé par le groupe comme consultant en opérations électorales, relève de graves manquements et erreurs dans le travail de la mission technique de l’OEA ayant recommandé la poursuite du processus électoral moyennant des correctifs majeurs.

Dans son analyse critique présentée en compagnie des candidats protestataires, l’’expert s’est interrogé sur la fiabilité méthodologique du document et l’objectivité de l’évaluation.

Pour Balthazar St-Fort Liné, l’examen de 919 procès-verbaux auquel se sont livrés les évaluateurs étrangers était numériquement incapable de révéler la gravité des fraudes et irrégularités contenues dans les 11.000 procès-verbaux qui avaient été acheminés et traités au centre de tabulation.

De plus, aucun cas de fraude n’a été relevé dans les 234 procès-verbaux que la mission technique de l’OEA aurait décidé d’annuler arbitrairement alors que d’autres incorrects ont été validés.

L’ex-conseiller électoral de 1993 note enfin que 1045 procès-verbaux sont jusqu’à aujourd’hui portés manquants.

L’OEA préconise la tenue d’un second tour entre la constitutionnaliste Mirlande Manigat, vainqueure du premier tour, et le chanteur Michel Martelly requalifié au détriment du candidat du pouvoir, Jude Célestin, dont le retrait annoncé mercredi n’est pas assumé publiquement par l’intéressé.

Présents à la conférence de presse, les candidats Jean-Henry Céant (Renmen Ayiti) et Jacques-Edouard Alexis (MPH) disent demander désormais preuves à l’appui l’annulation des présidentielles et législatives frauduleuses de novembre.

Ils ont réitéré leurs critiques contre le Président René Préval et leur volonté de le voir partir le 7 février, à l’expiration de son mandat, tout en rejetant les ingérences graves de la communauté internationale dans le processus électoral ainsi que les pressions exercées ouvertement sur le chef de l’Etat sortant et le Conseil électoral. spp/Radio Kiskeya