> Actualité > 38 boat people haïtiens meurent noyés samedi soir au large de (...)

Haïti-Caraïbes-Migration

38 boat people haïtiens meurent noyés samedi soir au large de Cuba

87 rescapés ont été recueillis par les autorités cubaines après cette tragédie qui s’est produite à la veille de noël, au moment où l’administration Martelly fait la promotion de sa politique de changement

Publié le lundi 26 décembre 2011

Au moins 38 voyageurs clandestins haïtiens ont été tués et 87 autres secourus samedi par les garde-côtes cubains suite au naufrage de leur embarcation au large de Cuba, a annoncé dimanche la défense civile locale.

L’embarcation "à demi-immergée" a été repérée à une centaine de mètres de la côte de Punta de Maisi (extrême est de l’île). Les garde-côtes ont repêché les corps de 21 hommes et de 17 femmes, précise un communiqué lu dans le journal de la télévision d’Etat relayé par l’AFP.

87 survivants, dont quatre enfants et sept femmes, ont été pris en charge et "reçoivent des soins dans le camp international d’immigrants de Punta de Maisi", ajoute la défense civile cubaine sans fournir de détails sur le type d’embarcation ayant fait naufrage.

La Croix-Rouge et les garde-côtes poursuivaient leurs recherches en vue de retrouver éventuellement d’autres personnes ayant échappé à la catastrophe.

Cette tragédie de plus -survenue en pleines fêtes de fin d’année- est la première enregistrée depuis l’arrivée au pouvoir, il y a un peu plus de sept mois, du Président Michel Martelly qui a placé son mandat sous le signe du changement.

Des embarcations de fortune transportant des migrants haïtiens, mais aussi cubains en situation économique précaire, sombrent fréquemment en haute mer en tentant d’atteindre les cotes de la Floride.

En juillet 2009, environ 70 compatriotes avaient péri dans le naufrage de leur bateau au large du petit archipel britannique Turks and Caicos situé non loin du Cap-Haïtien (nord).

Chaque année, des milliers d’illégaux haïtiens qui cherchent à entrer aux Etats-Unis par le chemin de la mer sont refoulés sans considération aucune sur leur droit à solliciter l’asile. spp/Radio Kiskeya

Liliane Pierre-Paul éléments Aller à la galerie de Liliane Pierre-Paul