> Actualité > Passe d’armes entre Moïse Jean-Charles et Joseph Lambert, le Sénateur du (...)

Haïti-Politique-Crise

Passe d’armes entre Moïse Jean-Charles et Joseph Lambert, le Sénateur du sud-est désavoué par INITE

Acculé, tout comme Youri Latortue, par son collègue du nord qui réclame sa démission de la présidence de la commission sénatoriale d’enquête sur la nationalité, l’élu du sud-est a pratiquement vendu la mèche concernant les conclusions du rapport qui, sauf surprise, devraient être favorables au chef de l’Etat, son allié politique

Publié le jeudi 16 février 2012

Les Sénateurs Moïse Jean-Charles et Joseph Lambert ont sorti jeudi l’artillerie lourde pour s’affronter à distance dans le dossier de l’enquête sur la nationalité, le premier réclamant la départ de la commission sénatoriale du second, dans la tourmente au sein de sa famille politique à cause de sa « proximité » avec le chef de l’Etat, et qui a clairement laissé entrevoir un rapport favorable à Michel Martelly.

Mise à l’écart par la plateforme INITE dont il est à date le coordonnateur national, l’aîné des Sénateurs Lambert a perdu son calme habituel pour se livrer à des indiscrétions qui anticipent les conclusions de l’enquête avant même que la commission parlementaire ne boucle ses travaux pour ensuite rédiger son rapport.

Jouant depuis plusieurs mois le role d’un accusateur qui serait en possession de preuves de la naturalisation américaine et italienne du Président Martelly, le Sénateur Jean-Charles a tenu une conférence de presse pour exiger la démission de ses collègues Joseph Lambert et Youri Latortue, respectivement président et secrétaire-rapporteur de la commission d’enquête du Grand Corps. Il croit que les deux hommes ont ruiné leur crédibilité en raison de leur "complicité politique" avec le chef de l’Etat dont ils sont devenus très proches depuis un certain temps.

« Le Sénateur Moïse Jean-Charles qui n’a cessé de chanter comme un perroquet doit nous apporter maintenant le passeport du Président Michel Martelly prouvant qu’il est américain après avoir affirmé disposer de toutes les données », a rétorqué l’air agacé l’ancien président du Sénat, candidat officiel de Martelly aux prochaines sénatoriales dans le sud-est.

Très accroché à son poste de président, Lambert reproche à Jean-Charles d’avoir "induit la commission en erreur" et est allé jusqu’à conclure que l’élu du nord s’est "couvert de ridicule" à travers de nouvelles révélations farfelues qu’il aurait faites sur le Président en présence de vingt-deux de ses pairs.

Dans un communiqué très tranchant, la plateforme INITE s’est brutalement réveillée pour fustiger les "dérives du pouvoir" et annoncé qu’elle s’est "démarquée de certaines prises de position du Sénateur Joseph Lambert".

Parallèlement, les membres du gouvernement sortis des rangs de INITE sont invités à respecter les prérogatives constitutionnelles du Sénat et à se conformer aux exigences de la commission d’enquête, lit-on dans le communiqué de la coordination nationale de l’ex-plateforme présidentielle signé des anciens ministres Jean Joseph Molière, Paul Denis, Gérald Germain, de l’actuel président de la Chambre des Députés, Levaillant Louis-Jeune et de son prédécesseur, Sorel Jacinthe. spp/Radio Kiskeya