> Actualité > Des fondateurs de la Plateforme INITE, dont l’ex-sénateur Joseph Lambert, (...)

Haïti-Politique

Des fondateurs de la Plateforme INITE, dont l’ex-sénateur Joseph Lambert, proclament sa dissolution

Lambert désigné « Mandataire-liquidateur » de l’ex-Plateforme présidentielle

Publié le jeudi 7 juin 2012

Les représentants de quatre (4) sur cinq (5) Partis et Organisations restés au sein de l’ex-Plateforme présidentielle INITE après le départ de celle-ci du Parti « Louvri Baryè » (PLB) le 21 septembre 2010, proclament, dans une résolution en date du 31 mai 2012, la dissolution « de facto » et de « jure » de l’organisation et en interdisent désormais l’utilisation du nom.

Soulignant le fait que l’organisation avait été créée par six (6) organisations et qu’il en restait cinq (5) après le retrait du PLB, la résolution stipule que « La Plateforme dénommée INITE, créée par six Groupements politiques, dont quatre (4) dûment représentés, est déclarée dissoute par la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres-fondateurs ».

« Défense est faite, sous peine de sanctions tant civiles que pénales, à tout parti, toute organisation, tout groupement, à toute personne physique ou morale, de faire quel que usage que ce soit du nom INITE, de son emblème, de son sigle, de sa bannière, etc …à quelle que fin que ce soit », ajoutent les signataires de la résolution.

Ils désignent enfin Joseph Lambert « Mandataire-liquidateur » avec, pour mission, d’assurer, dans un délai ne devant excéder trois (3) mois, « la normalité du déroulement de ladite liquidation », conformément à l’article 8 des statuts de la Plateforme.

Les signataires de la résolution sont : Jean Marie Claude Germain (Union Nationale Chrétienne pour la reconstruction d’Haïti, UNCRH) ; Luc Fleurinor (Mouvement Indépendant pour la Reconstruction Nationale, MIRN) ; Joseph Lambert (Konbit Sidès) ; Michel Clérié (Rassemblement des Forces Politiques de la Grande-Anse, RAFOPOGA).

Les ex-sénateurs Joseph Lambert (Sud-Est) et Kély C. Bastien (Nord) avaient protesté contre leur exclusion de l’ex-plateforme présidentielle de René Préval par décision du Comité exécutif de celle-ci en date du 25 mai 2012. Il leur a été reproché des positions contraires à celles de l’organisation, notamment en ce qui concerne leur soutien déclaré au président Michel Joseph Martelly. [jmd/Radio Kiskeya]