> Actualité > Violentes protestations à Cabaret contre le black-out : Trois blessés par (...)

Haïti-Social

Violentes protestations à Cabaret contre le black-out : Trois blessés par balle, des maisons et un véhicule de police incendiés

Très en colère contre la Cimenterie nationale (CINA) sommée de reprendre sa fourniture d’électricité gratuite à la communauté, les manifestants ont érigé des barricades sur la nationale #1 à hauteur de Source Matelas et affronté les agents de l’UDMO

Publié le mardi 12 juin 2012

Au moins trois personnes ont été blessées par balle, une dizaine de maisons et un véhicule de police incendiés mardi à Cabaret (environ 30 km au nord de Port-au-Prince) où un violent mouvement de protestation des riverains contre le black-out a entraîné pendant toute la journée la paralysie de la circulation sur la nationale #1, a constaté sur place Radio Kiskeya.

En cette période de forte canicule, avec des propos hostiles au pouvoir, les protestataires réclamaient que la Cimenterie nationale (CINA), une entreprise mixte située dans la commune, recommencent à leur fournir de l’électricité gratuitement.

L’arrêt de l’alimentation des résidences avait déjà provoqué, il y a quelques mois, une levée de boucliers contre la compagnie qui avait nécessité l’intervention du Président Michel Martelly.

Mardi après-midi et jusqu’en soirée, la situation allait dégénérer avec des tirs nourris qui retentissaient à Cabaret théâtre d’affrontements entre des agents de l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO) et des éléments de la population dont certains armés de pistolet de calibre 38. A l’entrée de la ville et à hauteur du marché de Ti Tanyen, deux segments de la route totalement bloqués, des jets de pierres ont été également enregistrés. Même des voyageurs exaspérés de ne pas pouvoir arriver à destination étaient partie prenante des incidents et ciblaient les manifestants.

Plusieurs arrestations ont été opérées.

Tandis que les agents de l’ordre s’employaient à enlever des barricades, un de leurs véhicules a été incendié. Un trailer a aussi connu le même sort.

La nationale # 1 restait impraticable en raison de la présence au milieu de la route de véhicules dont les pneus ont été littéralement crevés.

Jusqu’à une heure assez avancée, mardi soir, la tension n’était toujours pas retombée à l’occasion de cet énième mouvement de protestation de la population contre le black-out de longue durée. spp/Radio Kiskeya