> Actualité > Plusieurs milliers de manifestants appellent, à Port-au-Prince, à la (...)

Haïti-Politique

Plusieurs milliers de manifestants appellent, à Port-au-Prince, à la démission du président Martelly

Ils projettent de manifester à nouveau le 5 octobre

Publié le lundi 1er octobre 2012

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche dans les rues de Port-au-Prince contre le président Michel Joseph Martelly et en commémoration du 21ème anniversaire du coup d’Etat de 1991, à l’appel de plusieurs organisations politiques issues pour la plupart du secteur Lavalas (parti de l’ancien président Aristide).

Munis de cartons rouges en signe de rejet du régime en place, les manifestants ont scandé des slogans hostiles au chef de l’Etat qu’ils accusent de n’avoir pas tenu ses promesses électorales, de dilapider les fonds publics en compagnie de ses collaborateurs et de sa famille, notamment son épouse Sophia Saint-Rémy et son fils Olivier Martelly. Ils ont aussi dénoncé la cherté de la vie, le chômage et l’impossibilité pour les parents d’envoyer leurs enfants à l’école.

La manifestation s’est déroulée sans incident dans le cadre d’un imposant dispositif de sécurité mis en place par la police nationale. On pouvait y remarquer des sénateurs de la République tels que Moïse Jean Charles (Nord) et Pierre Francky Exius (Sud), le député de Delmas/Tabarre (Ouest) Arnel Bélizaire, des responsables politiques de différentes tendances, dont Paul Denis, ex-ministre de la justice de Préval et membre du directoire de la plateforme politique INITE, l’ancien sénateur Lavalas Louis Gérald Gilles, des responsables d’Organisations populaires Lavalas.

Contrairement à la tradition, la manifestation politique de dimanche s’est déroulée sans l’aide de « sound truck » ou DJs et des groupes musicaux à pied communément appelés « bandes de rara ». Certains manifestants affirment que les responsables de ces groupes ont été soudoyés par le pouvoir pour ne pas participer à la manifestation.

Les initiateurs du mouvement de protestation à la capitale annoncent une nouvelle manifestation le 5 octobre, pour exiger le départ du président Martelly.

La manifestation de dimanche s’inscrit dans le cadre d’un mouvement de protestation initié aux Cayes (Sud) et au Cap-Haïtien (Nord) et qui menace de s’étendre à d’autres villes et régions en raison de l’insatisfaction quasi générale constatée au sein de la population par rapport à l’action gouvernementale.

Une manifestation pro-gouvernementale s’est cependant déroulée sans incident vendredi dernier aux Gonaïves (Artibonite, Nord). [jmd/Radio Kiskeya]