> Actualité > En visite au wharf de Jérémie, le chef de l’Etat tente de mousser sa (...)

Haïti-Politique-Crise

En visite au wharf de Jérémie, le chef de l’Etat tente de mousser sa popularité

Entre bains de foule et promesses de réalisation, Michel Martelly s’est déclaré satisfait de l’accueil qui lui a été réservé dans cette zone marginale de la capitale

Publié le mercredi 10 octobre 2012

Le Président Michel Martelly a effectué mercredi dans la zone du wharf de Jérémie, un quartier populaire situé près de La Saline (sud-ouest de Port-au-Prince), une visite consacrée à l’observation des conditions de vie des riverains et qui, de toute évidence, participe de la volonté du pouvoir de faire une démonstration de popularité face à la montée de la contestation sociale doublée d’un début de mobilisation politique de l’opposition.

Accompagné notamment de la ministre déléguée chargée de la lutte contre l’extrême pauvreté, lRose-Anne Auguste, le chef de l’Etat, acclamé par des résidents du quartier, dont des écoliers en bas âge, s’est rendu dans deux établissements scolaires et dans une cassaverie.

Devant l’ampleur des revendications de la population, Martelly s’est engagé à créer une école professionnelle d’une capacité d’accueil très limitée. Interpellé sur les graves problèmes sanitaires et sécuritaires auxquels sont exposés ceux qui vivent dans l’environnement malsain du wharf de Jérémie, il a en revanche écarté des demandes relatives à la construction d’un centre de santé et d’un sous-commissariat de police.

Satisfait de l’accueil qui lui a été réservé, témoignage, dit-il, de la compréhension que suscite au sein de la population les efforts de son administration, le chef de l’Etat, dont le départ est réclamé dans des manifestations de rue, a, par ailleurs, relancé la question controversée de l’utilisation de moyens autres que ceux de l’Etat, en faisant appel à des particuliers, pour réaliser certains projets.

"Le sous-commissariat de Savane Pistache (près de Carrefour-Feuilles) a été construit sans l’argent de l’Etat", a-t-il répété avec un plaisir à peine dissimulé.

Annonçant enfin avoir passé une commande de cinquante mille gourdes de mamba à la cassaverie du wharf de Jérémie qui emploie plusieurs dizaines de personnes, Martelly en a fait autant lors d’une visite dans un atelier d’artisanat à la rue Montalais, limitrophe du Bel-Air (centre de la capitale). Après avoir reçu en cadeau d’un cordonnier une paire chaussures, il en a commandé un millier qui, annonce-t-il, seront distribuées à des jeunes à l’occasion des fêtes de fin d’année. spp/Radio Kiskeya