> Editoriaux > En guise de vœux : tentons d’être meilleurs ! Cessons d’être des comédiens (...)

Haïti-Editorial

En guise de vœux : tentons d’être meilleurs ! Cessons d’être des comédiens !

Publié le lundi 24 décembre 2012

Les vœux sont la représentation, sous forme de slogans poétiques ou prosaïques, des rêves, des projets, des objectifs des hommes et des femmes. On souhaite que les choses soient de telle manière parce qu’on aimerait qu’elles soient de cette manière. Les vœux sont généralement pieux. Parce qu’ils tendent trop vers l’idéal. Car, l’idéal n’est pas toujours accessible ou réalisable. Alors, on se berce d’illusions en formant des vœux.

Mais, nous ne pouvons pas y échapper. Tout simplement parce qu’il faut toujours souhaiter que les choses soient meilleures ou idéales. Pour que les vœux ne soient pas pieux il faut deux conditions : qu’ils soient raisonnables, i.e. réalistes et que, de ce fait, nous puissions œuvrer à leur réalisation. C’est le secret des vœux. De ceux qui ne sont pas pieux.

Formons des vœux réalistes à la concrétisation desquels nous pouvons œuvrer : c’est la formule.

- Au nombre de ceux-ci, nous nous permettons de souhaiter, sans vouloir être donneur de leçons, que nous, haïtiens, haïtiennes, cessions d’être hostiles à la critique et résolument opposés à l’autocritique. Sortons du Moi impérial. De notre moi. Acceptons humblement que nous n’avons pas la science infuse et que nous pouvons bien nous tromper. Au fil du temps, chaque haïtien est devenu un « bowòm ». Ce trait de caractère devient démoniaque quand cet haiïtien ou cette haïtienne devient « otorite ». « Chef » ! Qu’il soit « choukèt lawouze », « caporal » ou ministre, parlementaire, président de la république, prêtre, archevêque, pasteur, houngan, le chef haïtien ne souffre pas de rivalité encore moins de contestation. Si tan an pèmèt li fè sa, li ka tire w, wi. Lè ou kanpe anfas li, lap jwenn yon mwayen pou kwape w, wi. Oswa li ka disparèt ou. Chèf yo gen manda yo ka lage dèyè w, pou arete w oswa fè w mawon. Lè yo poko ka pran w, oswa lè yo pa ka pran w, paske tan an kanmenm chanje, yo ka koupe w kout je, yo ka iyore w, yo ka pa wè w menm si ou anfas yo. Dieu merci, il y a des regards ou des salutations qui jetteraient la malédiction sur ceux qui les reçoivent. Donc, c’est mieux qu’ils en soient exemptés.

- Cessons d’être « restavèk » de l’étranger. Partons à la redécouverte de notre identité, de notre dignité et de notre fierté. Il ne s’agit pas de devenir xénophobe. Pas du tout. D’ailleurs, on a besoin de l’étranger. Mais dans un rapport horizontal respectueux de nos identités distinctes et de nos intérêts respectifs. Dès qu’il s’agit de coopération, les rapports doivent être définis et les intérêts respectifs clairement identifiés.

Défendons les intérêts nationaux par rapport aux intérêts étrangers. A propos, quelle est la part d’Haïti dans les concessions qui viennent d’être accordées pour l’exploitation, dans le Nord et le Nord-est, de gisements d’or et de cuivre d’une valeur de 12 milliards de dollars ?

Ann gade etranje a nan je. Ann defann enterè nou. Ann sispann wont ayisyen. Ann sispann kraze kilti nou. Ann pale kreyòl. Ann ekri lang nou an, devlope l, anbeli l. Sa pa vle di nap voye franse a jete. Men fòn rekonèt limit li jodi a. Ann metrize lang manman nou an epi ann metrize lòt yo : franse, espayòl, angle epi tou pòtigè pou jan nou wè ayisyen ap anvayi peyi Brezil jounen jodi a. A la verite, ils nous envahissent tout aussi bien, pour ne pas dire qu’ils nous occupent , les brésiliens,par l’ONU interposée.

- Prenons l’engagement de respecter la Constitution, les lois et les biens publics. Respectons les normes en général. Le simple citoyen, comme le grand « manitou », le « grand chef », le haut fonctionnaire. Nous refusons obstinément de respecter les normes. Même celles que nous avons-nous-même définies. Ceux qui, pour accéder à une haute fonction, doivent prêter serment sur la Constitution, ont l’obligation de s’y conformer à tout instant. Ou pa kapab fin prete sèman sou yon konstitisyon, ou di wap respekte l e wap fè repekte l pou se ou ankò ki monte sou li, pyafe sou li. Depi se konsa, nap kontinye reprezante yon makòn zanimo a 2 pye kap monte desann nan yon savann yo kwè ki se yon peyi. Paske, sak diferansye mond zannimo yo ak pa lèzòm yo se òganizasyon ki chita sou regleman ak prensip. Kote ki pa gen sa, se la jeng. Se tèlman vre ou tande gen nèg ki rele tèt yo zannimo politik. Sa vle di yo pise kote bezwen an pran yo. San koutya, yo manje nan fatra. Yo valkande nan lari kou zanimo, men ak sirèn, vit fè nwa, plak leta. Règ sikilasyon pa pou yo. Yo ka monte. Yo ka desann kote yo vle. Lè yo vle. Mizik la pa di Ayiti se yon bon ti peyi kote nou fè sa n pito ?
Sa n pito ? Et bien, nous pouvons user comme bon nous semble des biens et des ressources de la collectivité.

- Le célèbre écrivain britannique Graham Green nous décrivait dans les années 60 comme des comédiens. Des comédiens : parce que nous prenons toute chose à la légère ; nous faisons semblant en tout : nou pran pòz nou se palmantè, prezidan repiblik, minis, jij ; nou pran pòz nou se pastè, direktè, pè ; nou pran pòz nou se ekriven, jounalis, polisye, avoka. Nous refusons cependant d’assumer toutes les exigences et les conséquences de chacune de ces charges. Alors, on joue la comédie. Une comédie qui s’est entretemps transformée en tragédie. En témoigne : la catastrophique situation dans laquelle nous nous trouvons et qui nous place dans la triste position de lanterne rouge du continent américain.

Ann gad figi nou nan glas poun wè byen ki moun nou ye. Pa sezi si glas la voye yon imaj lèd ba nou. Se byen nou menm. Se pa zòt. Men, nou ka travay poun chanje imaj sa a.

Pour 2013, tentons donc d’être meilleurs en devenant des haïtiens et des haïtiennes conscients de leur origine, de leur histoire et de leurs errements au cours de plus de deux siècles d’existence. Etablissons entre nous la règle immuable du dialogue vrai et franc. Cessons de tricher et de vouloir tout accaparer pour la jouissance, le prestige, la vanité et la gloire. En un mot, soyons des hommes et des femmes dignes de ce nom. Prenons notre destin en main !

Marvel Dandin