> Actualité > Un accord donne naissance au Collège transitoire du Conseil électoral (...)

Haïti-Elections

Un accord donne naissance au Collège transitoire du Conseil électoral permanent

Si théoriquement, grâce aux bons offices de Religions pour la paix, le Président Martelly et le Parlement ont fait un pas vers un dégel de la situation politique, en revanche, le document paraphé lundi ne résout pas le problème des représentants contestés au CEP de l’Exécutif et du CSPJ toujours en fonction

Publié le lundi 24 décembre 2012

L’Exécutif et le législatif sont finalement parvenus lundi soir à un protocole d’accord sur la formation d’un nouveau Conseil électoral dénommé Collège transitoire du Conseil électoral permanent dont la mission exclusive consistera à organiser les prochaines élections sénatoriales, municipales et locales, avec toutefois un grand flou sur la configuration politique de l’institution.

Véritable round de négociations ayant nécessité plusieurs heures de discussion sous les auspices de Religions pour la paix, alors que le pouvoir avait annoncé une simple formalité de cérémonie de signature d’accord, cette ultime rencontre sur la crise née de la mise en place, depuis environ six mois, d’un CEP contesté a accouché d’un document resté très vague sur la résolution du problème des six conseillers électoraux actuels en situation illégitime.

Paraphé en présence du Président Michel Martelly par son conseiller Grégory Mayard Paul pour l’Exécutif, quatre Sénateurs et Députés de la commission bicamérale ainsi que Mgr Pierre André Dumas, coordonnateur de la plateforme Religions pour la paix, le protocole d’accord laisse, en effet, le champ libre à l’Exécutif en ce qui concerne le maintien ou non à leur poste de ses représentants parmi eux le président provisoire de l’institution électorale, Josué Pierre-Louis, inculpé de viol.

« L’Exécutif, si les circonstances l’exigent, pourra obtenir le retrait d’un ou de la totalité de ses représentants déjà désignés et installés au Conseil électoral permanent », stipule le document final en son article 4.

L’article suivant n’est pas plus précis sur le départ, en principe automatique, des trois conseillers issus d’un vote frauduleux du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et qui ont été remplacés depuis de manière démocratique et transparente. Ce point litigieux fera l’objet de discussions ultérieures avec le CSPJ, indique le texte.

Resté muet devant les journalistes, le chef de l’Etat aurait refusé de s’exprimer sur l’accord trouvé parce qu’il est atteint d’une grippe.

Pour leur part, le Sénateur Jean William Jeanty et l’Evêque des Nippes (sud-ouest), Pierre André Dumas, se sont félicités de l’aboutissement de plusieurs mois de pourparlers souvent difficiles sur l’organisation des prochaines élections devant permettre le renouvellement du tiers du Sénat, des conseils communaux et collectivités territoriales. spp/Radio Kiskeya

Liliane Pierre-Paul éléments Aller à la galerie de Liliane Pierre-Paul