> Spécial > Ban Ki-moon dit non à l’indemnisation des victimes du choléra

Haïti-ONU-Epidémie

Ban Ki-moon dit non à l’indemnisation des victimes du choléra

Dans un communiqué que nous publions ci-dessous in extenso, le Secrétaire général de l’ONU déclare "irrecevable" la demande formulée en faveur des plus de 7.000 victimes haïtiennes recensées et exprime sa détermination à combattre l’épidémie

Publié le jeudi 21 février 2013

BAN KI-MOON ANNONCE QUE LA DEMANDE D’INDEMNISATION DES VICTIMES DU CHOLÉRA EN HAÏTI N’EST PAS RECEVABLE ET SE DIT DÉTERMINÉ À ÉLIMINER L’ÉPIDÉMIE

La déclaration suivante a été communiquée aujourd’hui (jeudi 21 février 2013) par le Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon :

En novembre 2011, une demande d’indemnisation a été introduite contre l’Organisation des Nations Unies au nom des victimes de l’épidémie de choléra en Haïti. Aujourd’hui, l’Organisation a fait savoir aux représentants des demandeurs que cette demande n’était pas recevable au titre de la section 29 de la Convention sur les privilèges et immunités des Nations Unies. Le Secrétaire général a téléphoné au Président d’Haïti, Michel Martelly, pour l’informer de la décision prise et lui redire que l’ONU est déterminée à éliminer le choléra en Haïti.

Depuis que l’épidémie s’est déclenchée en 2010, l’ONU et ses partenaires collaborent étroitement avec le peuple et le Gouvernement haïtiens sur les plans du traitement, de l’amélioration des infrastructures de distribution d’eau et d’assainissement, de la prévention et de l’alerte rapide. En décembre 2012, le Secrétaire général a lancé une initiative d’élimination du choléra en Haïti qui a pour objet de renforcer le Plan national d’élimination du choléra adopté par le pays lui-même moyennant des investissements considérables et l’utilisation d’un vaccin anticholérique oral.

Le Secrétaire général réaffirme qu’il est extrêmement sensible aux terribles souffrances causées par l’épidémie de choléra et demande à tous les partenaires présents dans le pays, ainsi qu’à la communauté internationale, d’œuvrer ensemble afin que les conditions de santé s’améliorent pour le peuple haïtien, et qu’un avenir meilleur s’ouvre à lui.

Source : Secrétariat général de l’ONU