> Actualité > Prestation de serment et investiture des neuf conseillers électoraux

Haïti-Elections

Prestation de serment et investiture des neuf conseillers électoraux

En l’absence du chef de l’Etat et du Premier ministre, partis tous deux en voyage, les membres du CTCEP font ce vendredi leurs premiers pas dans une atmosphère politique lourde avec la difficile mission de conduire à bon port un processus électoral plein d’enjeux, mais souffrant à la naissance d’un large déficit de crédibilité

Publié le vendredi 19 avril 2013

Après une longue période d’incertitude et d’atermoiements, les membres du Collège transitoire du Conseil électoral permanent entrent finalement en fonction ce vendredi sans pour autant que l’avenir du processus démocratique lié à l’organisation des prochaines élections n’incite à la sérénité et à l’optimisme.

La cérémonie de prestation de serment, prévue vers 10hres à la Cour de cassation, sera suivie peu après de l’arrivée des nouveaux responsables au siège de l’institution électorale à Pétion-Ville (banlieue est de la capitale).

Interrogé par Radio Kiskeya, le porte-parole de la Présidence, Lucien Jura, a fait savoir qu’il reviendra au ministre de la justice et de la sécurité publique, Me Jean Renel Sanon, de donner l’investiture aux neuf conseillers électoraux. En effet, le chef de l’Etat, Michel Martelly, doit aller assister à la prestation de serment de son homologue vénézuélien, Nicolàs Maduro, tandis que le Premier ministre Laurent Lamothe est depuis plusieurs jours en mission aux Etats-Unis.

Les prochaines compétitions, qui risquent d’accuser deux ans de retard sur les échéances constitutionnelles, doivent permettre de renouveler un tiers du Sénat (dix sièges) et l’ensemble des collectivités territoriales.

Outre les phases techniques passant par l’élaboration d’un calendrier et d’une loi électorale et le financement du processus électoral dépendant largement des bailleurs de fonds internationaux, le CTCEP devra faire face à sa bancalité institutionnelle et surtout à des facteurs politiques défavorables dans un contexte où l’indépendance de l’institution vis-à-vis de l’Exécutif sera scrutée en permanence à la loupe.

Déjà la formation du bureau du Conseil et la répartition des postes seront pour les acteurs politiques des indicateurs sensibles capables de décider de l’issue du processus électoral. spp/Radio Kiskeya

Liliane Pierre-Paul éléments Aller à la galerie de Liliane Pierre-Paul